Appel à communication JE #1

1ère journée d’études du CESSMA

APPREHENDER LA FIGURE DE L’ACTEUR DANS LA GLOBALISATION :       ETUDE DES RAPPORTS CONFLICTUELS DANS LES PAYS EMERGENTS

  • Date : 10 Novembre 2016 – Université Paris Diderot & INALCO
  • Date limite de soumission : 30 septembre 2016
  • Organisation : Rémi Desmoulière (INALCO), Yves-Marie Rault (Paris VII), Téphanie Sieng (INALCO)

Appel à communication :

Ces trente dernières années, l’intégration progressive de la plupart des pays émergents dans le processus de globalisationi a eu pour conséquence un accroissement des échanges, avec deux effets majeurs. D’une part, elle a encouragé la croissance économique et le progrès technique, et d’autre part, elle a entrainé des tensions identitaires, économiques, et à une plus large échelle, géopolitiques. Ces composantes, fonctionnant fréquemment en interaction, résultent du processus de mise en relation des territoires à l’échelle globale. Pourtant, le potentiel créateur des rapports conflictuels est souvent oublié dans les sciences sociales. Les positions contradictoires d’où émergent un certain nombre de convergences dans le cadre des négociations sur le climat sont une illustration de ce mécanisme.

Au cœur de ces conflits se trouvent une multitude d’acteurs à différentes échelles (mondiale, locale), sous différentes formes (l’individu, le groupe social, le territoire, l’Etat), avec des logiques d’action diverses (exit, voice, loyalty, neglectii). Pour comprendre les dynamiques contemporaines dans les pays émergents, une identification des nouvelles figures de l’acteur dans la globalisation semble donc indispensable, en particulier puisqu’il permettrait d’ouvrir un dialogue transdisciplinaire.

L’objectif de cette journée sera donc d’appréhender les conflits d’acteurs dans des pays émergents à travers trois axes d’études majeurs :

  1. RESISTANCES : La globalisation est souvent ressentie comme une imposition de normes. Elle déclencherait des réactions identitaires menant généralement à des résistances quotidiennes oscillant entre des actes pacifiques et violentsiii. Qui sont les acteurs de la résistance ? Quelle vision du monde défendent-ils ? Comment la résistance s’organise-t-elle ?
  2. RESEAUX : La circulation des flux financiers, d’idées et de biens, passe par des réseaux organisés autour d’acteurs. Ces acteurs sont en situation de concurrence et/ou de coopération. Comment se construisent les réseaux ? Dans quelle mesure peuvent-ils générer à la fois des convergences et des fragmentations ?
  3. REPRESENTATIONS ET PRATIQUES DE L’ESPACE : L’espace, à toutes les échelles, se trouve recomposé par de nouvelles logiques économiques, sociales, et culturelles. Comment cela se répercute-t-il sur les pratiques quotidiennes de l’espace, en particulier dans les villes ? En quoi l’accroissement des mobilités transforme-t-il les territorialités des acteurs sociaux ? Quels sont les nouveaux imaginaires liés à la globalisationiv? Quelles conséquences sur les trajectoires d’émergence ?

Bibliographie indicative :

  • iPhilippe Cadène, éd., La mondialisation: l’intégration des pays en développement, (Paris: Sedes, 2007).
  • iiAlbert O. Hirschman, Exit, Voice, and Loyalty: Responses to Decline in Firms, Organizations, and States (Cambridge, Mass: Harvard Univ. Press, 2004).
  • iiiArjun Appadurai, Géographie de la colère. La violence à l’âge de la globalisation (Paris: Payot, 2009).
  • ivJonathan Xavier Inda et Renato Rosaldo, éd., The Anthropology of Globalization: A Reader, 2nd ed., (Malden, Mass.: Blackwell, 2008).
  • Marc Abélès, Anthropologie de la globalisation, Essais (Paris: Payot, 2008).
  • Arjun Appadurai, Après le colonialisme: les conséquences culturelles de la globalisation (Paris: Payot, 2005).

Mots-clé :

Acteurs, conflits, échanges, circulation, flux, échelle, espace, globalisation, identité, intégration, mobilité, mondialisation, pays émergents, réseaux, résistances, sciences sociales, sud, tensions, territoire.

Modalités de soumission :

Les propositions de communication devront faire une large place aux recherches de terrain dans les pays émergents. Les données peuvent être quantitatives, qualitatives, ou mixtes.

Les propositions de communication doivent être adressées par courrier électronique au plus tard le 30 septembre 2016 à : doctorants.cessma@gmail.com sous la forme d’un résumé de 3 000 signes maximum (comprenant le titre, les noms du ou des auteurs, l’institution de rattachement et l’adresse e-mail). Les propositions de communication en anglais sont acceptées. Le comité d’organisation informera les auteurs de l’acceptation ou non de leur proposition de communication vers le 15 octobre 2016

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *