Café CESSMA #6 : discussion de fin d’année

Ce Café CESSMA, qui a eu lieu le 14 Juin 2017, avait pour objet de faire un bilan des activités des doctorants passées (1) et à venir (2), et de trouver des solutions aux problèmes rencontrés par les doctorants (3).

  1. Evènements de l’année 2016-2017
    • 10 Novembre 2016 : JE « Appréhender la figure de l’acteur dans la globalisation : rapports conflictuels dans les pays émergents ». L’évènement, coordonné par Téphanie Sieng, Rémi Desmoulière et Yves-Marie Rault, a réuni 9 doctorants donc 5 doctorants du CESSMA qui ont présenté leur travaux autour des thèmes suivants : (1) D’une globalisation à l’autre : inclusions et exclusions ; (2) Les réseaux et territoires de la globalisation; (3) Résistances et conflits; (4) Les échelles et modes de gouvernance à l’épreuve de la globalisation
    • 02 Mars 2017 : JE « Le transport artisanal dans le monde : Entre informalité et institutionnalisation ». L’évènement, coordonné notamment par Rémi Desmoulière (CESSMA, INALCO) avec la participation de la CODATU, comptait trois axes thématiques autour du transport artisanal : (1) le transport artisanal au-delà des ‘Suds’ ; (2) enjeux des nouvelles technologies ; et (3) transport artisanal et informalité.
    • 29 Mai 2017 : JE « “Competition and solidarity networks in contemporary South Asia’s Labour Market”. Cette journée, organisée par Yves-Marie Rault et Floriane Bolazzi en collaboration avec l’Association des Jeunes Etudes Indiennes (AJEI), a vu la présentation de recherches de plusieurs chercheurs, doctorants et docteurs, sur l’Asie du Sud, suivi de discussions animées. Les participants ont pu également entendre des exposés très stimulants de Jens Lerche (SOAS London) et Isabelle Guérin (CESSMA – IRD).
  2. Evènements à venir
    • 26 Octobre 2017 : 2ème Journée d’études des doctorants du CESSMA : « L’interdisciplinarité : défis méthodologiques et enjeux de positionnement pour le jeune chercheur », organisé par Jérôme Fresneau (Université Paris Diderot/CESSMA), Lara Gautier (Université Paris Diderot/CESSMA), avec la collaboration spéciale de Ghenima Bitam (EHESS/Centre de recherche sur le Japon) (l’appel à communication est lancé)
    • début 2018 ? 3e journée d’étude du CODOFE, avec une thématique qui reste à définir et une équipe à former
    • Propositions de thématiques pour des « Café CESSMA » à venir :
      • Les critères de sélection des comités du CNU, CNRS, IRD
      • Les critères de sélection des comités de lecture de revues en sciences sociales
      • La mutualisation des compétences (une socialisation par la réciprocité)
  3. Problèmes de doctorants
    • Un questionnaire a été envoyé au début de l’année sur les pratiques des doctorants. Sur 94 doctorants, 33 ont complété le questionnaire, en France (75%), et à l’étranger (25%). Ces derniers vivent principalement à Paris (16) et en région parisienne (9). 4 habitent de grandes villes de province et 2 à l’étranger. Parmi eux, 44% fréquente la salle des doctorants de manière régulière, c’est-à-dire au moins une fois par semaine. Les 56% restants la fréquentent moins d’une fois par mois. 63% des répondants disent en avoir une utilisation à des fins de travail individuel, contre 32% en faisant un lieu d’échange et de travail en groupe. Moins de 5% y vient exclusivement pour utiliser le matériel informatique. Les résultats mettent en avant un problème d’intégration aux axes thématiques du laboratoire, avec 25% des doctorants ne sachant pas à quel axe ils sont rattachés, et moins de 9 personnes ayant déjà participé à une réunion d’axe thématique. Les activités principales auxquelles participent les doctorants sont les séminaires et JE organisés par les membres du CESSMA, les ateliers CESSMA, les AG CESSMA, et enfin les café CESSMA.
    • Certains doctorants ont exprimé leurs besoins d’étendre la durée de leur badge d’entrée dans le bâtiment OdG jusqu’à 22h en semaine et le samedi. Une demande de tableau velleda a également été faite, ainsi que de davantage de casiers et de logiciels (Word, Antidote, Prolexis, QGIS, Illustrator) sur les ordinateurs de la salle des doctorants.
    • A noter que les doctorants du CESSMA ont accès aux ressources, notamment en matière de géomatique, mais aussi d’analyse textuelle et de statistique, du pole image de Paris 7 (4e étage) http://pole-image.ghes.univ-paris-diderot.fr/travailler-au-pole/logiciels/

 

Café CESSMA #5 : avec Gilles Guiheux, « surmonter le stress d’un article scientifique »

Cette discussion a eu lieu le 27 Mars 2017 avec une présentation préliminaire de Gilles Guiheux, directeur du CESSMA, professeur à l’Université Paris Diderot, spécialiste de la Chine, dont les travaux se situent au carrefour de l’histoire et de la sociologie, autour du thème : “Surmonter le stress d’un article scientifique.” (en attendant la transcription, enregistrement disponible sur demande à doctorants.cessma@gmail.com)

Café CESSMA #4 : Pense ta thèse

Après le Café CESSMA #3 du 16 septembre destiné à l’accueil des nouveaux doctorants, le Café #4 a réuni une quinzaine d’entre nous autour de la thématique du projet de thèse. Des masterants de Paris-Diderot et de Paris 1 se sont également joints aux discussions.

Le Café s’est articulé autour des témoignages de deux nouveaux doctorants de première année, Marie Pigeolet (Paris 1, PRODIG) et Jérôme Fresneau (Paris Diderot, CESSMA). Tous deux ont présenté l’an dernier un projet de thèse inscrit dans la continuité thématique de leur master 2. Continuité thématique ne signifie pas pour autant reprise et redéveloppement du sujet de master. Marie, à l’issue de son travail de master sur la résilience d’une commune littorale française face aux risques naturels, a eu envie d’explorer la dimension proprement humaine de la résilience, ce qui l’a conduite à s’intéresser au rôle des savoirs informels pour la préparation et la gestion des crises dans les villes d’Amérique Latine. Jérôme, qui analyse des conflits miniers dans la même région, est quant à lui passé du Pérou, déjà largement étudié, à l’Amérique Centrale, où les travaux sont au contraire très peu nombreux sur ce sujet. Le passage du master 2 au projet de thèse implique donc, qu’il y ait ou non continuité dans le thème, une nouvelle construction théorique de l’objet, une réflexion sur le choix du terrain d’étude, et une interrogation personnelle sur ce qui nous fait plaisir et nous stimule intellectuellement, quitte à y consacrer plusieurs années de notre vie.

La discussion qui a suivi a d’abord souligné le caractère décisif du choix du directeur. En effet, ce dernier exerce une réelle influence en matière de notions théoriques et de méthodologie, d’où la nécessité de mûrir son choix en lisant ses publications et en discutant avec lui avant de s’engager. Cette question est liée à celle du terrain de recherche, qui correspond souvent à l’aire de compétence du directeur, mais doit tout de même résulter, selon certains d’entre nous, d’un choix personnel, et ne peut en aucun cas nous être imposé. Les pratiques en la matière apparaissent différentes d’une discipline à l’autre des sciences sociales : pour les géographes, le terrain est devenu un totem à forte dimension identitaire, parfois jusqu’à l’identification du chercheur à son terrain, tandis qu’en histoire, il est longtemps resté un impensé épistémologique par rapport au travail d’archives. Enfin, les questions et les remarques en sont souvent revenues à un problème aussi basique qu’épineux : qu’est-ce qu’un « bon sujet » de thèse ? Le fonctionnement actuel du champ scientifique tend à promouvoir l’originalité : il faudrait travailler avant tout sur ce qui n’a jamais été fait pour se distinguer des autres et s’assurer la primeur de tout un nouveau domaine d’investigation. D’autres chercheurs valorisent l' »utilité sociale » de la recherche, voire même les postures politiques adoptées par les travaux. Si un chercheur, et donc un doctorant, doit toujours tendre vers une forme de neutralité garante de la crédibilité de son travail, il ne lui est pas interdit d’espérer que ce dernier puisse contribuer à améliorer certains aspects de la société dans laquelle il vit, ou qu’il étudie.

Café CESSMA #2

Mardi 21 juin, l’organisation du deuxième café CESSMA a été quelque peu perturbée par la réunion de fin d’année de l’Ecole Doctorale 382, qui a duré plus longtemps que prévu, notamment à cause de longues discussions au sujet de l’arrêté du 25 mai 2016 portant réforme du « cadre national de la formation et des modalités conduisant à la délivrance du diplôme du doctorat ».

Le thème de la séance, « thèse, foutaise?« , n’aura finalement pas suscité les débats enflammés qu’il mérite, puisque la discussion autour de la réforme du doctorat s’est poursuivie entre doctorants du CESSMA. Un point, particulièrement sensible, irrite les doctorants, qui ont la sensation d’être infantilisés : celui de la mise en place d’un portfolio, prévu dans l’article 15 « portfolio du doctorant comprenant la liste individualisée de toutes les activités du doctorant durant sa formation… ». Soit cet arrêté est le fruit d’un grand mépris pour la thèse, soit nos dirigeants ne se figurent pas la somme de travail et de sacrifices qu’exige un tel exercice. Au moins, la réponse à la question du débat semble claire pour eux : thèse=foutaise.

Mais sur cette note morose, les doctorants ont décidé de se serrer les coudes, et on a pu voir que les cafés CESSMA, au-delà de leur rôle de catalyseur du débat au sein du laboratoire, participent aussi à créer une atmosphère chaleureuse, précieuse dans le cadre de nos travaux respectifs et collectifs.

 

Café CESSMA #1

Mardi 17 mai, le premier café CESSMA a réuni une quinzaine de personne, soit environ 20% des doctorants, une affluence tout à fait satisfaisante puisque nous avons pu remplir en entier la table dans la salle des doctorants. Nous espérons que les cafés qui suivront, sur une base mensuelle, auront le même succès.

La séance a commencé par la présentation d’un travail de Damien Calais sur les stratégies des souverains des Emirats Arabes Unis dans les années 1970, suivie d’une discussion au sujet des sources humaines qui sont mobilisées par les historiens pour documenter leur travaux, entre les “grands hommes” et les “subalternes”.

Chacun s’est ensuite introduit: des historiens, des géographes, des anthropologues, des économistes travaillant tous sur des terrains, des sources et des thématiques extrêmement variées, ce qui rend plus difficiles, mais non moins prometteuses, les collaborations potentielles.

La thématique de la séance, le terrain dans les pays en développement, a donné lieu à des discussions très intéressantes sur les difficultés qui peuvent intervenir dans l’accès aux sources selon le genre, l’origine géographique, et même la taille de l’enquêteur ! La richesse des expériences individuelles qui ont été mobilisées dans chaque argumentaire montre qu’il y a là un sujet particulièrement fécond dans le contexte du CESSMA, qui mériterait plus ample discussion. On croit souvent qu’être originaire du pays est un avantage alors que ce n’est généralement pas vrai, car la posture du chercheur le rend immédiatement étranger à la population locale. Passer du temps sur le terrain peut permettre de s’intégrer progressivement, mais pour sauter les étapes, il est impératif d’utiliser son réseau, car l’accès aux sources et la libération de la parole sont permis par la confiance qui est mise dans l’enquêteur. Aussi, il est important de se présenter de manière à ce que l’enquêté se sente en confiance. Cela implique parfois d’adopter des stratégies où sont privilégiées certaines institutions de rattachement, certains titres (chercheur, étudiant, curieux), selon l’interlocuteur. Comme cela a été répété, cela dépend bien entendu du contexte et des thématiques de la recherche. En revanche, une constante est dans la logique de don/contre-don à laquelle faut accepter de se plier pour obtenir des réponses : divulguer des informations personnelles, parfois intimes, flatter l’enquêté, etc. Mais les difficultés qui interviennent dans l’enquête sont parfois riches d’enseignements, et il ne faut surtout pas les taire lorsque l’on narre la méthodologie de son enquête. Ces difficultés peuvent parfois même être révélatrices de certains aspects du terrain.