2ème Journée d’études des doctorants du CESSMA – Appel à com : L’interdisciplinarité : défis méthodologiques et enjeux de positionnement pour le jeune chercheur

Appel à Com – L’interdisciplinarité : défis méthodologiques et enjeux de positionnement pour le jeune chercheur 

JE prévue le 26 Octobre 2017

Contexte

L’interdisciplinarité, promue par les grands organismes de recherche partout dans le monde, est comprise comme l’emploi de concepts et de méthodes provenant de disciplines différentes, dans une perspective de complémentarité ou d’intégration. Aujourd’hui, l’interdisciplinarité suscite un fort engouement car elle apparaît comme un facteur d’enrichissement des analyses. Le HCERES y consacre d’ailleurs un chapitre spécifique dans son référentiel (HCERES, 2014). Cette approche revêt un fort potentiel heuristique et mène à l’émergence de nouveaux champs de connaissances hybrides (ex : neurosciences sociales). Ainsi, pour un nombre croissant de  chercheurs, il est courant d’emprunter à des théories et des pratiques d’investigation provenant de plusieurs disciplines, sans que cela ne soulève toujours de  problèmes de légitimité. Néanmoins, les chercheurs les plus avancés dans l’interdisciplinarité provoquent en réalité des réactions contradictoires. Parfois salués pour leur audace pionnière, ils peuvent dans le même temps susciter les critiques des tenants d’une plus grande orthodoxie disciplinaire. Par exemple, on déplore souvent le manque d’ouverture et d’intérêt à l’interdisciplinarité dans les politiques éditoriales.

Qu’en est-il des doctorants et postdoctorants, tout aussi sensibles aux charmes de l’interdisciplinarité mais sommés de s’inscrire dans une seule discipline, notamment par le CNU ou le CNRS ? C’est que la journée d’études du CESSMA entend discuter autour de trois entrées : théoriques (1er axe), méthodologiques (2ème axe), et professionnelles (3ème axe).

1er axe : Les voies théoriques de l’interdisciplinarité

La complexité croissante des objets de recherche peut conduire les jeunes chercheurs à combiner des approches théoriques provenant de divers horizons ; ce qui n’est pas sans poser problème. Comment définir alors la place à accorder à sa discipline « fondatrice » par rapport à d’autres ? Est-on dans l’interdisciplinarité, la multidisciplinarité, ou la transdisciplinarité (Thompson Klein, 2011) ? Comment construire la cohérence de son cadre d’analyse à partir d’un pluralisme épistémologique parfois déstabilisant ? Ne prend-on pas le risque de glisser vers une recherche « a-disciplinaire » ?

2ème axe : Quelles approches méthodologiques construire pour garantir une cohérence globale ?

Du fait d’un cadre méthodologique à géométrie variable, le jeune chercheur gagné à l’interdisciplinarité procède de façon intuitive et expérimentale. Si l’emprunt à des « méthodes mixtes » peut s’avérer utile et même nécessaire, quels problèmes cela pose-t-il sur le terrain comme après les enquêtes ? Il s’agira en outre de discuter du rôle d’accompagnement de l’équipe encadrante pour orienter au mieux les choix méthodologiques des jeunes chercheurs.

3ème axe : À la croisée des chemins : le jeune chercheur coincé entre désir d’interdisciplinarité et reproche d’indiscipline ?

Il s’agira ici de discuter des difficultés pour le jeune chercheur en sciences sociales d’obtenir la « légitimation de sa démarche – à ses propres yeux ainsi qu’à ceux de la communauté scientifique – et en termes de positionnement personnel dans les institutions » (Bühlera et al., 2006). Est-il risqué d’afficher une identité interdisciplinaire pour s’insérer professionnellement ?

Bibliographie indicative :

Bühlera, È. A., Cavaillé, F., & Gambino, M. (2006). Le jeune chercheur et l’interdisciplinarité en sciences sociales. Natures Sciences Sociétés14(4), 392-398.

Haut Conseil de l’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (HCERES). (2014). Le référentiel du HCERES. [En ligne], consulté le 19 juin 2017. URL : http://urfist.enc-sorbonne.fr/sites/default/files/file/docsmdb/ReferentielHCERESseptembre2015.pdf

Pasquier, R. & Schreiber, D. (2007), De l’interdiscipline à l’indiscipline. Et retour ?, Labyrinthe 27(2), [En ligne], consulté le 08 juin 2017. URL : http://labyrinthe.revues.org.rproxy.sc.univ-paris-diderot.fr/1983.

Thompson Klein, J. (2011). Une taxinomie de l’interdisciplinarité. Nouvelles perspectives en sciences sociales : revue internationale de systémique complexe et d’études relationnelles7(1), 15-48.

Modalités de soumission :

Nous invitons les doctorants et jeunes chercheurs qui souhaitent contribuer à cette réflexion collective, de souligner dans leur proposition les raisons, les modalités voire les degrés de leur engagement interdisciplinaire, en partant de manière concrète de leurs objets d’étude, de leur corpus théorique, de leurs terrains, de leur travail d’archives. Pourquoi ont-ils besoin de convoquer plusieurs champs disciplinaires ? Quel bilan provisoire en tirent-ils ?

Les propositions doivent être adressées par courrier électronique au plus tard le 25 septembre 2017 sous la forme d’un résumé de 300 mots maximum (comprenant le titre, les noms du ou des auteurs, l’institution de rattachement et l’adresse e-mail) à l’adresse : doctorants.cessma@gmail.com. Le comité d’organisation informera les auteurs de l’acceptation ou non de leur proposition de communication autour du 10 octobre 2017.

Organisation :

Jérôme Fresneau (Université Paris Diderot/CESSMA), Lara Gautier (Université Paris Diderot/CESSMA), avec la collaboration spéciale de Ghenima Bitam (EHESS/Centre de recherche sur le Japon)

 

Cfp: AJEI – CESSMA International Workshop : “Competition and solidarity networks in contemporary South Asia’s Labour Market”

CALL FOR PAPER
International Workshop AJEI – CESSMA : « Competition and solidarity networks in contemporary South Asia’s Labour Market »

May 29th 2017 – Paris – Université Paris Diderot

Download the detailed call for papers

Hegemonic neo-liberal discourse assumes that free competition on all levels sparks a virtuous cycle of economic growth, which eventually trickles down to poor populations. In reality, empirical work in South Asia has shown that hiring decision-making remains strongly influenced by social representations and personal ties, and is shaped by membership of specific groups. In this context, we propose to look at how social networks shape relations in the diverse South Asian labour markets. 

  • How do new forms of social groupings reconfigure competition and solidarity relations? 
  • What forms of social interactions prevail, emerge and weaken in the market: chosen solidarity and inherited solidarity; inter-caste and intra-caste solidarity; class solidarity; corporate solidarity etc.?
  • How do market structures, which are supposedly more flexible and competitive in the current political frame, evolve and organise in line with social transformations – social heterogeneity, rural and urban social links, caste reconfiguration, and the emergence of the middle class, etc.? 
  • Conversely, how are social structures responding and recomposing in the current context of institutional de-regulation, un-regulation and informalisation?

We invite papers from PhD candidates and post-doctoral fellows. They will be discussed by senior researchers specialized in issues related to the paper presented. Proposed papers may be theoretical or empirical, qualitative or quantitative in their approach, but must rely on in-depth knowledge of the issues discussed. Research papers relying on qualitative as well as quantitative studies on historical or contemporary relations in the Indian labour market are welcome.

Timetable :

  • 9 April : abstract submission
  • 17 April : notification of acceptance
  • 10 May : full papers submission
  • All submissions should be sent to ateliers.ajei@gmail.com

Institutions :

  • AJEI : Association of Young Indian Studies
  • CESSMA : Center for Social Studies on African, American and Asian worlds

Organisers :

  • Yves Marie Rault, Paris Diderot University 
  • Floriane Bolazzi, Paris Diderot University
  • Arnaud Kaba, EHESS (School for Advanced Studies in Social Sciences)

Scientific committee : 

  • Isabelle Guérin, IRD (French National Research Institute for Sustainable Development)
  • Véronique Dupont, IRD

Appréhender la figure de l’acteur dans la globalisation : rapports conflictuels dans les pays émergents

Journée d’études des doctorants du CESSMA 2016

Appréhender la figure de l’acteur dans la globalisation. Etude des rapports conflictuels dans les pays émergents

Lieu : INALCO, salle 3.15 (3e étage) – 65, rue des Grands Moulins, Paris 13e (Métro 14 – RER C : Bibliothèque François-Mitterrand)

Contact : doctorants.cessma@gmail.com

Programme

9h00 : Ouverture de la journée par Véronique Dupont (IRD, CESSMA) et Manuelle Franck (INALCO, CESSMA)

9h15 : Introduction par Rémi Desmoulière et Téphanie Sieng (INALCO, CESSMA)

9h30 : Session 1 – D’une globalisation à l’autre : inclusions et exclusions

Véronique Acking (Université Paris-Diderot, CESSMA), « L’île Maurice à l’heure de la globalisation : « miracle économique » et fabrique de la marginalisation »

Houssamoudine Ankili (Université Paris-Diderot, CESSMA), « L’indépendance des Comores; particularisme politique et économique »

Elsa Paris (Université Paris-Diderot, CESSMA), « Construire une « université africaine » : l’Université de Dakar (Sénégal) après les indépendances (1960-1980) »

11h : Pause café

11h30 : Session 2 – Les réseaux et territoires de la globalisation

Xavier Aurégan (Université Paris 8, IFG), « Les nouveaux espaces africains de la globalisation : les Chinamarkets d’Abidjan et de Dakar »

Bertrand Joël Foe (Université Paris-Diderot, CESSMA), « Vendre et acheter sur le net au Cameroun : peut-on se passer des rabatteurs ? »

Isabelle Wilhelm (Université de Bruxelles, IRASEC), « Le développement d’activités transnationales de Lao de France dans leur pays d’origine : enjeux du rapprochement des populations locale et expatriée au Laos »

13h : Buffet

14h30 : Session 3 – Résistances et conflits

Jérôme Fresneau (Université Paris-Diderot, CESSMA), « Dynamiques territoriales et conflits socio-environnementaux. Le cas de la vallée de Condebamba – Pérou »

Arnaud Kaba (EHESS, LIST), « Victimes de la globalisation ? Aspirations et résistances chez les ouvriers métallurgistes bhopalis »

Julien Paret (INALCO, CREE), « La brigade Prizrak et le spectre du national-communisme dans le Donbass : vers une internationale rouge-brune contre le nouvel ordre mondial ? »

16h : Pause café

16h30 : Session 4 – Les échelles et modes de gouvernance à l’épreuve de la globalisation

Renata Callaça Gadioli dos Santos (UNB-Université Paris-Diderot, CEAM-CESSMA), « La gestion du service public de l’éducation dans la région métropolitaine de Brasilia »

Urânia Flores Da Cruz Freitas (UNB, CEAM), « La lutte sur le recensement de la population en situation de rue au Brésil »

Nahirou Sy (Université Paris-Diderot, CESSMA), « L’insertion des jeunes vers le marché du travail en Mauritanie »

18h : Synthèse et conclusion par Rémi Desmoulière et Téphanie Sieng

 

Call for papers workshop #1

1st CESSMA workshop

GLOBALIZATION AND ITS ACTORS : A STUDY ON CONFLICTS IN EMERGING COUNTRIES

  • Date : 10 November 2016 – Paris Diderot & INALCO
  • Deadline : 30 september 2016
  • Organization : Rémi Desmoulière (INALCO), Yves-Marie Rault (Paris VII), Téphanie Sieng (INALCO)

Call for papers:

Over the past thirty years, most emerging countries have entered a process of globalization,i resulting in accelerated flows and exchanges, with two major consequences. On the one hand, it has spurred economic growth and technical progress. On the other hand, it has led to economic, geopolitical and identity-based conflicts due to increased connections between distant places on a global scale. However, the creative potential of conflicts has often been forgotten in social sciences. Solutions often emerge from contradictions, as illustrated by climate change negotiations (and agreements).

Many actors stand at the core of contemporary conflicts, promoting their interests on different scales (local, global), in many different forms (individual, social group, territory, State), with various rationale (exit, voice, loyalty, neglectii). Consequently, we need to identify the new actors of globalization in order to grasp the development dynamics in emerging countries, eventually paving the way for interdisciplinary conversation.

This workshop aims at approaching actors’ conflicts in emerging countries through three major dimensions:

  1. RESISTANCES: Across emerging countries, globalization is often perceived as a threat to local cultures and institutions, triggering defensive mechanisms ranging from pacific to violent actions.iii Who are the key players of resistance? What ideologies do they defend? How do they articulate their strategies?
  2. NETWORKS: Men, ideas, goods and money circulate through networks structured around actors, often in situation of competition and/or cooperation. Where do networks stem from? To what extent can they create both convergences and fragmentations?
  3. SPATIAL PRACTICES AND REPRESENTATIONS: New cultural, social and economic logics tend to re-configure space at all scales. How does it impact daily urban practices? To what extent is increased mobility transforming social actors’ spatiality? How does globalization impact local imaginaries?iv What are the consequences on development trajectories?

Select bibliography:

  • iPhilippe Cadène, Ed., La mondialisation: l’intégration des pays en développement, (Paris: Sedes, 2007).
  • iiAlbert O. Hirschman, Exit, Voice, and Loyalty: Responses to Decline in Firms, Organizations, and States (Cambridge, Mass: Harvard Univ. Press, 2004).
  • iiiArjun Appadurai, Géographie de la colère. La violence à l’âge de la globalisation (Paris: Payot, 2009).
  • ivJonathan Xavier, Inda and Renato Rosaldo, Ed., The Anthropology of Globalization: A Reader, 2nd ed., (Malden, Mass.: Blackwell, 2008).
  • Marc Abélès, Anthropologie de la globalisation, Essais (Paris: Payot, 2008).
  • Arjun Appadurai, Après le colonialisme: les conséquences culturelles de la globalisation (Paris: Payot, 2005).

Keywords:

Actors, conflicts, exchanges, circulation, flows, scale, space, globalization, identity, integration, mobility, emerging countries, networks, resistance, social sciences, Global South, tensions, territory

Submission of proposals:

Papers should be based on empirical research in emerging countries. Data can be quantitative, qualitative or a mix of both. Proposed papers should be sent on 30 September 2016 at the latest to doctorants.cessma@gmail.com in the form of a 3,000 character document including the title, name(s) of the author(s), institutional affiliation and e-mail address. Call for papers in English are welcome. The organising committee will inform the authors about their decision by 15 October 2016.

 

Appel à communication JE #1

1ère journée d’études du CESSMA

APPREHENDER LA FIGURE DE L’ACTEUR DANS LA GLOBALISATION :       ETUDE DES RAPPORTS CONFLICTUELS DANS LES PAYS EMERGENTS

  • Date : 10 Novembre 2016 – Université Paris Diderot & INALCO
  • Date limite de soumission : 30 septembre 2016
  • Organisation : Rémi Desmoulière (INALCO), Yves-Marie Rault (Paris VII), Téphanie Sieng (INALCO)

Appel à communication :

Ces trente dernières années, l’intégration progressive de la plupart des pays émergents dans le processus de globalisationi a eu pour conséquence un accroissement des échanges, avec deux effets majeurs. D’une part, elle a encouragé la croissance économique et le progrès technique, et d’autre part, elle a entrainé des tensions identitaires, économiques, et à une plus large échelle, géopolitiques. Ces composantes, fonctionnant fréquemment en interaction, résultent du processus de mise en relation des territoires à l’échelle globale. Pourtant, le potentiel créateur des rapports conflictuels est souvent oublié dans les sciences sociales. Les positions contradictoires d’où émergent un certain nombre de convergences dans le cadre des négociations sur le climat sont une illustration de ce mécanisme.

Au cœur de ces conflits se trouvent une multitude d’acteurs à différentes échelles (mondiale, locale), sous différentes formes (l’individu, le groupe social, le territoire, l’Etat), avec des logiques d’action diverses (exit, voice, loyalty, neglectii). Pour comprendre les dynamiques contemporaines dans les pays émergents, une identification des nouvelles figures de l’acteur dans la globalisation semble donc indispensable, en particulier puisqu’il permettrait d’ouvrir un dialogue transdisciplinaire.

L’objectif de cette journée sera donc d’appréhender les conflits d’acteurs dans des pays émergents à travers trois axes d’études majeurs :

  1. RESISTANCES : La globalisation est souvent ressentie comme une imposition de normes. Elle déclencherait des réactions identitaires menant généralement à des résistances quotidiennes oscillant entre des actes pacifiques et violentsiii. Qui sont les acteurs de la résistance ? Quelle vision du monde défendent-ils ? Comment la résistance s’organise-t-elle ?
  2. RESEAUX : La circulation des flux financiers, d’idées et de biens, passe par des réseaux organisés autour d’acteurs. Ces acteurs sont en situation de concurrence et/ou de coopération. Comment se construisent les réseaux ? Dans quelle mesure peuvent-ils générer à la fois des convergences et des fragmentations ?
  3. REPRESENTATIONS ET PRATIQUES DE L’ESPACE : L’espace, à toutes les échelles, se trouve recomposé par de nouvelles logiques économiques, sociales, et culturelles. Comment cela se répercute-t-il sur les pratiques quotidiennes de l’espace, en particulier dans les villes ? En quoi l’accroissement des mobilités transforme-t-il les territorialités des acteurs sociaux ? Quels sont les nouveaux imaginaires liés à la globalisationiv? Quelles conséquences sur les trajectoires d’émergence ?

Bibliographie indicative :

  • iPhilippe Cadène, éd., La mondialisation: l’intégration des pays en développement, (Paris: Sedes, 2007).
  • iiAlbert O. Hirschman, Exit, Voice, and Loyalty: Responses to Decline in Firms, Organizations, and States (Cambridge, Mass: Harvard Univ. Press, 2004).
  • iiiArjun Appadurai, Géographie de la colère. La violence à l’âge de la globalisation (Paris: Payot, 2009).
  • ivJonathan Xavier Inda et Renato Rosaldo, éd., The Anthropology of Globalization: A Reader, 2nd ed., (Malden, Mass.: Blackwell, 2008).
  • Marc Abélès, Anthropologie de la globalisation, Essais (Paris: Payot, 2008).
  • Arjun Appadurai, Après le colonialisme: les conséquences culturelles de la globalisation (Paris: Payot, 2005).

Mots-clé :

Acteurs, conflits, échanges, circulation, flux, échelle, espace, globalisation, identité, intégration, mobilité, mondialisation, pays émergents, réseaux, résistances, sciences sociales, sud, tensions, territoire.

Modalités de soumission :

Les propositions de communication devront faire une large place aux recherches de terrain dans les pays émergents. Les données peuvent être quantitatives, qualitatives, ou mixtes.

Les propositions de communication doivent être adressées par courrier électronique au plus tard le 30 septembre 2016 à : doctorants.cessma@gmail.com sous la forme d’un résumé de 3 000 signes maximum (comprenant le titre, les noms du ou des auteurs, l’institution de rattachement et l’adresse e-mail). Les propositions de communication en anglais sont acceptées. Le comité d’organisation informera les auteurs de l’acceptation ou non de leur proposition de communication vers le 15 octobre 2016