Café CESSMA #1

Mardi 17 mai, le premier café CESSMA a réuni une quinzaine de personne, soit environ 20% des doctorants, une affluence tout à fait satisfaisante puisque nous avons pu remplir en entier la table dans la salle des doctorants. Nous espérons que les cafés qui suivront, sur une base mensuelle, auront le même succès.

La séance a commencé par la présentation d’un travail de Damien Calais sur les stratégies des souverains des Emirats Arabes Unis dans les années 1970, suivie d’une discussion au sujet des sources humaines qui sont mobilisées par les historiens pour documenter leur travaux, entre les “grands hommes” et les “subalternes”.

Chacun s’est ensuite introduit: des historiens, des géographes, des anthropologues, des économistes travaillant tous sur des terrains, des sources et des thématiques extrêmement variées, ce qui rend plus difficiles, mais non moins prometteuses, les collaborations potentielles.

La thématique de la séance, le terrain dans les pays en développement, a donné lieu à des discussions très intéressantes sur les difficultés qui peuvent intervenir dans l’accès aux sources selon le genre, l’origine géographique, et même la taille de l’enquêteur ! La richesse des expériences individuelles qui ont été mobilisées dans chaque argumentaire montre qu’il y a là un sujet particulièrement fécond dans le contexte du CESSMA, qui mériterait plus ample discussion. On croit souvent qu’être originaire du pays est un avantage alors que ce n’est généralement pas vrai, car la posture du chercheur le rend immédiatement étranger à la population locale. Passer du temps sur le terrain peut permettre de s’intégrer progressivement, mais pour sauter les étapes, il est impératif d’utiliser son réseau, car l’accès aux sources et la libération de la parole sont permis par la confiance qui est mise dans l’enquêteur. Aussi, il est important de se présenter de manière à ce que l’enquêté se sente en confiance. Cela implique parfois d’adopter des stratégies où sont privilégiées certaines institutions de rattachement, certains titres (chercheur, étudiant, curieux), selon l’interlocuteur. Comme cela a été répété, cela dépend bien entendu du contexte et des thématiques de la recherche. En revanche, une constante est dans la logique de don/contre-don à laquelle faut accepter de se plier pour obtenir des réponses : divulguer des informations personnelles, parfois intimes, flatter l’enquêté, etc. Mais les difficultés qui interviennent dans l’enquête sont parfois riches d’enseignements, et il ne faut surtout pas les taire lorsque l’on narre la méthodologie de son enquête. Ces difficultés peuvent parfois même être révélatrices de certains aspects du terrain.