Café CESSMA #4 : Pense ta thèse

Après le Café CESSMA #3 du 16 septembre destiné à l’accueil des nouveaux doctorants, le Café #4 a réuni une quinzaine d’entre nous autour de la thématique du projet de thèse. Des masterants de Paris-Diderot et de Paris 1 se sont également joints aux discussions.

Le Café s’est articulé autour des témoignages de deux nouveaux doctorants de première année, Marie Pigeolet (Paris 1, PRODIG) et Jérôme Fresneau (Paris Diderot, CESSMA). Tous deux ont présenté l’an dernier un projet de thèse inscrit dans la continuité thématique de leur master 2. Continuité thématique ne signifie pas pour autant reprise et redéveloppement du sujet de master. Marie, à l’issue de son travail de master sur la résilience d’une commune littorale française face aux risques naturels, a eu envie d’explorer la dimension proprement humaine de la résilience, ce qui l’a conduite à s’intéresser au rôle des savoirs informels pour la préparation et la gestion des crises dans les villes d’Amérique Latine. Jérôme, qui analyse des conflits miniers dans la même région, est quant à lui passé du Pérou, déjà largement étudié, à l’Amérique Centrale, où les travaux sont au contraire très peu nombreux sur ce sujet. Le passage du master 2 au projet de thèse implique donc, qu’il y ait ou non continuité dans le thème, une nouvelle construction théorique de l’objet, une réflexion sur le choix du terrain d’étude, et une interrogation personnelle sur ce qui nous fait plaisir et nous stimule intellectuellement, quitte à y consacrer plusieurs années de notre vie.

La discussion qui a suivi a d’abord souligné le caractère décisif du choix du directeur. En effet, ce dernier exerce une réelle influence en matière de notions théoriques et de méthodologie, d’où la nécessité de mûrir son choix en lisant ses publications et en discutant avec lui avant de s’engager. Cette question est liée à celle du terrain de recherche, qui correspond souvent à l’aire de compétence du directeur, mais doit tout de même résulter, selon certains d’entre nous, d’un choix personnel, et ne peut en aucun cas nous être imposé. Les pratiques en la matière apparaissent différentes d’une discipline à l’autre des sciences sociales : pour les géographes, le terrain est devenu un totem à forte dimension identitaire, parfois jusqu’à l’identification du chercheur à son terrain, tandis qu’en histoire, il est longtemps resté un impensé épistémologique par rapport au travail d’archives. Enfin, les questions et les remarques en sont souvent revenues à un problème aussi basique qu’épineux : qu’est-ce qu’un « bon sujet » de thèse ? Le fonctionnement actuel du champ scientifique tend à promouvoir l’originalité : il faudrait travailler avant tout sur ce qui n’a jamais été fait pour se distinguer des autres et s’assurer la primeur de tout un nouveau domaine d’investigation. D’autres chercheurs valorisent l' »utilité sociale » de la recherche, voire même les postures politiques adoptées par les travaux. Si un chercheur, et donc un doctorant, doit toujours tendre vers une forme de neutralité garante de la crédibilité de son travail, il ne lui est pas interdit d’espérer que ce dernier puisse contribuer à améliorer certains aspects de la société dans laquelle il vit, ou qu’il étudie.