Archives de l’auteur : doccessma

(Appel à communications) CODOFE 2021 (F3S) – “L’événement et la structure : penser la contingence et la permanence dans les SHS” (avril 2021)

Fernand Braudel dans son magnifique livre sur la Méditerranée à l’époque de Philippe II, signale qu’un évènement, celui de la bataille de Lépante (près de l’isthme de Corinthe en Grèce) le 7 octobre 1571 a été d’une importance capitale dans l’histoire de l’Europe. Braudel s’en explique, à contre-courant de sa propre théorisation du temps long en histoire, il s’excuse presque de devoir traiter des évènements dans son œuvre maitresse. Il signale l’importance de cette bataille dans les équilibres sociaux et géostratégiques de l’Europe du XVIe siècle. Les sciences naturelles semblent moins frileuses à penser l’évènement : le Big Bang n’est qu’un évènement mais il aura créé notre univers. Bien des exemples montrent que des évènements comme une épidémie, un accident, une découverte scientifique, le choix politique d’une personne influente ou d’un lanceur d’alerte peuvent entraîner une véritable bifurcation dans les trajectoires à la fois historiques et sociales.

L’importance des évènements, par opposition aux changements longs ou aux permanences sociales a beaucoup occupé les sciences sociales, de manière diverse et dans un grand nombre de disciplines. Elle concerne l’articulation entre le contingent et le structurel, entre le moment et le temps long, entre l’individuel et le collectif, entre le particulier et l’universel. Elle renvoie aussi à la façon dont les ressources naturelles et sociales se combinent dans l’organisation sociale. L’évènement produit des arrangements nouveaux, fait apparaître des hiérarchies nouvelles, révèle des trajectoires laissées marginales. Il n’est d’ailleurs pas étonnant qu’à l’occasion de l’épidémie du COVID-19 ces questions ressurgissent dans les différents domaines de travaux menés au sein de nos unités de recherche.

Si ces questions paraissent philosophiques ou épistémologiques, penser l’évènement peut se révéler d’une grande utilité dans nos travaux. En effet, dans notre travail de terrain, dans les sciences sociales, ou au moment d’analyser nos données, nous rencontrons ces aspects qui obligent à penser l’articulation temporelle et spatiale, mais aussi « structurelle » entre les permanences sociales et les changements induits par de brusques évènements. Au moment même de la rédaction d’une thèse (ou même d’un plus modeste article), lorsqu’il faut réfléchir à ordonner les explications et donner du sens à nos données, ces questions apparaissent inévitablement.

Le CODOFE veut ouvrir ces questionnements, inspirés évidemment de notre récente exceptionnelle expérience de l’épidémie COVID-19, mais aussi en pensant de manière générale à cette articulation entre l’évènement et la structure sociale à partir de nos travaux empiriques.

Dans cette perspective, l’Appel à communication concerne l’ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales.

Pour les détails pratiques voir : https://federation3s.com/am_event/appel-a-contributions-au-colloque-des-doctorants-de-la-f3s-codofe-2021/

Les propositions sont à soumettre avant le 10 octobre 2020.

 

(7 octobre 2020) Soutenance de thèse – Safiatou Diallo

Résumé de la thèse :

En Guinée, le secteur de la santé a connu d’importantes mutations. Cette évolution est dictée par l’histoire politique contemporaine du pays ainsi que la vision des différents régimes qui se sont succédé dans le pays. Toutefois, il est admis que d’importantes avancées ont été enregistrées face aux endémo-épidémies du passé. Une des conséquences majeures de ces importantes avancées est le relèvement de l’espérance de vie qui, dans le cadre guinéen, passe de 40 ans environ en 1950 à 54 ans en 2000. La mise en place de spécialités médicales comme la chirurgie, la gynécologie-obstétrique, la cardiologie, pour ne citer que ces exemples, renforce sensiblement les progrès enregistrés dans le domaine sanitaire. Cependant, au-delà de ces progrès et de leurs effets bénéfiques, l’accès aux soins de santé de qualité pour tous, reste un véritable problème. L’absence de structures répondant aux normes, parfois les plus primaires, le déficit de personnel qualifié dans plusieurs services, la privatisation non contrôlée, la modicité des investissements ainsi que les déficiences organisationnelles dans le secteur de la santé expliquent, entre autres, les difficultés auxquelles se trouve confronté aujourd’hui le système sanitaire guinéen. Ce qui explique, en bonne partie, les réponses inappropriées de l’Etat Guinée face à l’épidémie de fièvre hémorragique Ebola et le recours à l’aide internationale, notamment celle de l’Occident. Une plongée dans l’histoire atteste, si besoin en était que, de tous les services sociaux de base en Guinée, celui des soins de santé figure parmi les priorités des autorités politiques aussi bien sous la colonisation que durant la période postcoloniale. Ainsi, le premier établissement sanitaire implanté en Guinée fut l’hôpital colonial de Conakry créé en 1902, et qui porta plus tard le nom de l’administrateur et médecin-militaire, Noel Ballay. Après l’accession de la Guinée à la l’indépendance, dans le cadre d’un vaste élan de nationalisation, la structure fut débaptisée pour prendre le nom d’Hôpital Ignace Deen. Les politiques de santé connurent, sous la colonisation ou après l’indépendance, des évolutions, des trajectoires et des fortunes diverses, aussi bien aux niveaux des orientations, des offres de soins, des mécanismes d’approvisionnement en médicaments. Ce qui, du reste, va retentir sur la perception du médecin, de la médecine moderne, des prestations, pratiques et offres de soins ainsi que la nature des relations soignants/soignés. Mots-clés : infrastructures sanitaires, colonisation, hôpitaux, médecins, infirmiers, médecine coloniale, médecine révolutionnaire, formation médical, patients, soignants.

(14 septembre 2020) Soutenance de thèse – Sarra Zaïed

Notre collègue Sarra Zaïed soutiendra sa thèse en histoire, intitulée Le langage du nationalisme : partis politiques, discours et mobilisations en Tunisie coloniale (1906-1956) (dir. Olivier Bouquet) le 14 septembre prochain à l’Université de Paris (salle M019, bâtiment Olympe de Gouges). Nous lui adressons tous nos encouragements !

Résumé de la thèse :

En septembre 2019 ont eu lieu les élections présidentielles en Tunisie dans un contexte de grande crise économique et politique depuis la révolution qui a déchu Zine el Abidine Ben Ali en 2011. Parmi les nouveaux partis émergents, dont les intentions de vote retiennent l’attention de tous, une certaine Abir Moussi, avocate et ancienne membre du RCD (parti de Ben Ali) et son parti, nommé « al hizb al doustouri al hor »- le parti constitutionnel libéral. On peut s’interroger sur le choix du nom du parti : pourquoi faire référence à la constitution alors que la Tunisie a voté une nouvelle constitution en janvier 2014. Le nom adopté par Abir Moussi est une référence au parti de Bourguiba, créé en 1934, sous protectorat français, qui est le fait d’une scission au sein de ce même parti créé en 1920 par des figures de proue de la lutte nationaliste en Tunisie. En 1920 est créé le parti libéral constitutionnel, en arabe, al hizb al hor al doustouri. Le nom vient de la principale revendication émise par les militants du destour : remettre en place la constitution (dustur) de 1861 qui avait été abrogée en 1864. La reprise d’un nom qui évoque à l’imaginaire des Tunisiens la lutte nationaliste contre la colonisation et pour l’indépendance du pays est essentielle, en l’occurrence pour Abir Moussi qui tente de se placer dans un héritage bourguibiste – plutôt que ben aliste- en mettant au cœur de sa campagne sa lutte acharnée contre le parti islamiste Ennahda.

Cette incursion par le présent nous permet d’introduire la thèse et son hypothèse principale : En quoi les mobilisations des partis politiques sous protectorat sont-elles tributaires de la nécessaire question de légitimation ? A travers l’étude des discours émis par les militants tunisiens sous protectorat, il est apparu que l’émission de revendications (pour plus de justice sociale, entre autres) était corrélée, dans le corps du discours, par une nécessité de légitimer sa position de porte-parole des Tunisiens. Cette légitimation est triple puisqu’il s’agit pour ces militants de se légitimer face à l’administration coloniale, aux colons (à proprement parler) mais également face aux Tunisiens eux-mêmes. Ainsi, il apparaît progressivement que la forme des discours et les types de mobilisation sont modelés par cette problématique fondamentale. On retient souvent l’année 1934 comme l’avènement d’une ère nouvelle dans l’histoire du nationalisme tunisien, avec la scission du Destour et l’émergence d’une génération jeune et pragmatique, dont on compte Habib Bourguiba. L’année 1934 n’est en fait que la cristallisation, le pinacle de ces querelles de légitimité qui commencent dès le début du siècle.

Les sources formant mon corpus sont des discours au sens large : on trouve ainsi des discours émis en place publique ou lors de congrès, les articles de presse, les tracts, les pamphlets. Pour étudier au mieux cette question, l’étude se focalise sur le discours et la langue usitée par le locuteur, mais aussi le contexte socio-politique dans lequel on émet le discours : c’est ce que nomment les sociolinguistes la praxématique.

Ainsi, les enjeux sont éminents : l’étude des stratégies discursives, selon une méthode empruntée à la sociolinguistique, nous a permis de nous rendre compte de cette question.

La question de la légitimité est fondamentale puisqu’elle va définir qui sont les porte-parole des Tunisiens et par conséquent, qui l’on considère comme autorité. Cette question de l’autorité va avoir des conséquences sur l’histoire post-coloniale ( on peut prendre comme exemple frappant la querelle entre Bourguiba et Ben Youssef qui se solde par l’assassinat de ce dernier en 1961) de la Tunisie et dire qui prendra le pouvoir une fois l’indépendance acquise.

(confinement) Caisse de solidarité

Malheureusement, ces dernières semaines de confinement ont accentué la précarité de certain.e.s doctorant.e.s du laboratoire. Pour faire face à cette situation, nous avons pris l’initiative de créer une caisse de solidarité pour les aider et compléter les possibles aides proposées par l’université (https://u-paris.fr/dispositif-exceptionnel-daides-sociales/).

——> https://www.lepotsolidaire.fr/pot/e842ezrf

Plus que jamais, la solidarité au sein du laboratoire s’impose et nous vous invitons à y participer – dans la mesure du possible. L’argent récolté sera redistribué de manière égale entre les doctorant.e.s nous ayant sollicité – de manière transparente – et, bien sûr, l’anonymat conservé.

Merci !

(20 février 2020) Soutenance de thèse – Arsène Camara

Notre collègue Arsène Camara soutiendra sa thèse en histoire, intitulée “Changement social chez les Peuls du Fuuta-Jaloo, de 1920 à nos jours : du pastoralisme au commerce“, le 20 février prochain à Conakry (République de Guinée).  Le résumé de sa thèse est disponible via ce lien : Résumé de thèse Arsène Camara – 2020

Nous lui souhaitons, malgré l’éloignement, tous nos encouragements et incitons celles et ceux qui le peuvent a y assister !

 

(4 février 2020) 3e journée d’étude des doctorant.e.s du CESSMA

S’engager 

Être jeune chercheur.e en Sciences Sociales dans les Suds

Mardi 4 février 2020

Salle 870, 8e étage, bât. Olympe de Gouges, Place Paul Ricœur, 75013 Paris

10h15 Accueil autour d’un café

10h30 Mot d’introduction de Didier Nativel, directeur du CESSMA

10h40 Introduction – Alexandre Audard, Raphaël Gallien

11h – 12h30 – Investissements et méthodologies du terrain sous tensions

Discutante : Odile Goerg (Professeure émérite d’histoire contemporaine de l’Afrique – CESSMA) 

  • Florent Piton, doctorant en histoire (CESSMA) : Engagement, désengagement : expériences de recherche sur l’histoire du Rwanda et du génocide des Tutsi.
  • Damiano de Facci, doctorant en sociologie (CESSMA), Associé à l’IRMC de Tunis : Retour sur mon expérience de recherche dans un pays postrévolutionnaire.

12h30 – 13h30 – Pause déjeuner (salle 864)

13h30 – 15h – Entre enquête et politique, le chercheur face à ses affects

Discutante : Marianne Morange (Professeure de géographie et de géopolitique de l’Afrique – CESSMA) – sous réserve

  • Véronique Acking, doctorante en histoire (CESSMA) : Faire de l’histoire en terre créole : les implications d’une chercheuse du cru sur un terrain « inconnu » à l’île Maurice.
  • Kassia Aleksic, doctorante en anthropologie politique (CESSMA) : Limites et perspectives d’une anthropologie politique engagée en Indonésie.
  • Manon Laurent, doctorante en études chinoises, sciences politiques et sociologie de l’éducation (CESSMA), Université de Paris & Concordia University : « La pression scolaire parmi les parents chinois de la classe moyenne urbaine » : une thèse en cotutelle entre Paris et Montréal à la croisée des cultures et structures universitaires.

15h – 15h15 – Pause-café 

15h15 – 16h45 – Objet scientifique, histoire(s) personnelle(s)

Discutante : Carole Bignon (chercheure associée au CESSMA)

  • Antoine Rieu, doctorant en socio-économie et gesion (CESSMA) : Recherche des valeurs, valeurs du chercheur, valeurs de la recherche. Tensions dans la construction de problèmes et de réponses dans le cadre d’une recherche-action en France.
  • Yves-Marie Rault, doctorant en géographie du développement (CESSMA) : « C’est un peu Bourdieu à Delhi » : esquisse pour une auto-analyse de choix méthodologiques.
  • Rémi Desmoulière, docteur en géographie (CESSMA) : Les transports « informels » : de la séduction à la reconstruction d’un objet exotique.

16h45 Conclusion – Véronique Acking, Alexandre Audard suivie d’une discussion autour de la mobilisation et des événements (café CESSMA, etc.) à venir au laboratoire

Programme (PDF) : Programme_JE_DocCessma_2020

Compte rendu du Café CESSMA #7 – 11/10/2018

La 7ème édition du café CESSMA s’est déroulée le 11 octobre 2018.

Après une présentation des nouveaux représentant.es des doctorant.es du laboratoire –Jérôme Fresnau, Edna Peza et Antoine Rieu, et un tour de table, l’ordre du jour traité a été le suivant :

  • Le rôle des représentant.es
  • Le rôle, les activités du Café CESSMA, son évolution
  • Les projets pour l’année scolaire
  • Sujets divers

Concernant le rôle, les activités de l’actuel Café CESSMA et son évolution

Face à la forte motivation pour augmenter le nombre et diversifier les activités des doctorants, en plus d’augmenter la régularité des rencontres, nous allons passer sur un format d’atelier convivial au cours duquel pourront être abordées toutes sortes de thématiques.

Il est proposé d’avoir deux séances de rencontre des doctorants CESSMA, une qui soit thématique et une qui soit autour des travaux de recherche des doctorants.

A ce jour, les thématiques discutées et retenues sont les suivantes :

  • Thèmes généraux / transversaux :
    • Séance du 25/10 avec Véronique Dupont sur le thème : la boîte noire du process de publication 
    • Que sont devenus les anciens qui ne sont pas dans l’enseignement supérieur et la recherche publique ?
    • L’expérience des doctorants de l’enseignement
    • Le recrutement à l’IRD
    • Le recrutement en tant que MCF
    • Comment réussir un dossier de candidature pour une demande de financement ?
    • Echanges autour des projets des doctorants autres que l’écriture de leur thèse. Exemples : l’expo photo d’Edna sur le thème « City of fear » dont le vernissage aura lieu le 23/11 à 18h dans une galerie à Bibliothèque François Mitterrand ; la création d’un Campus de la transition par Antoine, lieu de d’enseignement et de recherche-action autour des questions de transition écologique, solidaire, démocratique
    • Se préparer à la soutenance
    • Comment faire un CV professionnel avec son parcours académique pour être lisible et convaincre les recruteurs quand on ne va pas travailler dans la recherche
    • L’évaluation des articles scientifiques
      • Format suggéré : un créneau de 2h avec le plus souvent un intervenant extérieur aux doctorants CESSMA
      • Nous allons essayer autant que faire se peut de rassembler en une même séance les thématiques citées qui seraient proches (ex : les recrutements dans l’enseignement supérieur et la recherche).
  • Des séances autour des travaux en cours de chacun.e : échanger autour :
    • d’un projet de thèse pour les doctorants en première année,
    • autour d’une introduction, d’un chapitre, d’une méthodologie ou tout autre point lié à la thèse.
      • Format suggéré : Sur un créneau de 2 heures, plusieurs blocs de 30 minutes à 1h autour des travaux des doctorants (présentation + discussion)
  • Des ateliers d’écriture

Concernant les autres projets pour l’année scolaire

Deux autres projets ont été proposés :

  • Un projet de livre blanc des financements.
    • Nous sommes nombreux à avoir reçu l’un ou l’autre financement, que ce soit pour financer un salaire, un terrain, se rendre à une conférence, une traduction, etc. Or l’information n’est rassemblée dans aucun endroit, n’est pas capitalisée et se perd alors qu’elle a une très grande valeur.
    • Les représentant.es vont donc établir ce livre blanc au cours de l’année en mobilisant tous les doctorants.
    • Concrètement, nous allons mettre en place un fichier excel partagé –un google sheet- que chacun.e sera appelé à remplir avec tous les types et sources de financement qu’il ou elle connait et/ou a déjà mobilisé
      • Un grand merci par avance pour votre contribution !
  • Des séances de transfert de compétences techniques et d’entre aide
    • Nous sommes nombreu.x.ses à avoir un besoin ponctuel technique. Par exemple : comment faire une carte quand on n’est pas géographe, besoin ponctuel d’aide à la compréhension dans une langue qu’on lit peu, l’interprétation d’un chi-deux, etc.
      •  Ces séances pourront être organisées sur d’autres créneaux que ceux du café/atelier CESSMA pour conserver ce dernier comme un lieu de rencontre entre tout le monde
      • Nous allons mettre en place un système d’annonce des besoins et d’annonce des compétences que l’on peut partager, via un google sheet, afin de faire un matching et ce sera ensuite à la discrétion de chacun d’organiser son temps d’échange –en communiquant sur le lieu et l’horaire pour que celles et ceux intéressé.es puissent s’y joindre.
    • Beaucoup parmi nous peuvent avoir besoin d’une aide administrative, pour remplir des dossiers et effectuer des démarches de tous types
      • Là aussi, nous allons mettre en place un système simple de besoins d’un côté et de disponibilités d’aide de l’autre côté.

Concernant les autres sujets

Concernant l’utilisation des casiers :

  • Il est demandé que toutes les personnes qui ont besoin d’un casier et celles qui n’en n’ont plus besoin ou plus l’utilité pendant plusieurs semaines / mois de suite le signale aux représentant.es et à Isabelle Nicaise. On ne pourra pas mettre davantage de casiers et il est important de fluidifier leur utilisation
  • La vérification annuelle de l’utilisation effective des casiers par la direction aura lieu prochainement. Les casiers utilisés par des personnes qui n’ont pas prévu de venir au CESSMA avant quelques temps risquent d’être vidés et les affaires évidemment conservées jusqu’à votre retour, afin de libérer de la place pour qui en aurait besoin

Concernant la circulation des clefs de salle des doctorant.es CESSMA :

  • Isabelle Nicaise ne peut pas facilement demander la fabrication de nouvelles clefs. Il est important que si vous prévoyez de ne pas en avoir besoin pendant plusieurs mois, vous la rendiez pour qu’elle soit transmise à quelqu’un qui en aurait un besoin régulier. Le but est simplement de fluidifier leur circulation et d’optimiser leur utilisation.

Nous reviendrons très bientôt vers vous pour avancer ensemble sur ces différents projets.

En attendant, nous vous rappelons que nous nous retrouverons le 25 octobre à 16h en salle des doctorants pour écouter et échanger avec Véronique Dupont qui nous parlera de son expérience de la « boite noire » de la publication scientifique.

Nous sommes à votre disposition au besoin, n’hésitez pas !

Vos fidèles représentant.es, Edna, Jérôme et Antoine.

Appel à communications – Colloque des Doctorants de la Fédération Sciences Sociales Suds (CODOFE) 2018

Le CODOFE, dont des doctorants du CESSMA participent à l’organisation, vient de publier l’appel à communication de son édition 2018. C’est un moment important de la vie scientifique des doctorants du laboratoire. Nous vous invitons donc très chaleureusement à participer à cette dynamique en proposant des communications et en étant présent le jour du colloque.

Au plaisir de vous y voir nombreux.

Nouvelle saison des Cafés CESSMA (#7&#8)

Les fameux Cafés CESSMA reprennent ! Nous vous donnons rendez-vous le  jeudi 11 octobre à 15h dans la salle des doctorants pour un café CESSMA de rentrée. Il s’agira pour cette séance de prendre un moment entre nous pour discuter des activités qui seront mises en place cette année : Journée d’étude des doctorants, colloque du CODOFE, thèmes des cafés CESSMA, et toute autre initiative que vous auriez à proposer. N’hésitez donc pas à venir avec vos bonnes idées.  

Par ailleurs, vous pouvez d’ores et déjà noter la date du 25 octobre pour le second Café CESSMA. Il sera normalement (à confirmer avec les intervenants) consacré à la boite noire du process de publication d’un article scientifique. Nous inviterons un ou deux chercheurs du CESSMA à nous en parler dans le détail : comment choisit-on à quelle revue proposer un article, comment un article évolue-t-il au cours du process de révision par les pairs, comment gérer des désaccords avec les relecteurs anonymes, etc.

Nous vous attendons très nombreux !

L’interdisciplinarité : défis méthodologiques et enjeux de positionnement pour le jeune chercheur

Deuxième journée d’études des doctorants du CESSMA

Date : Jeudi 26 octobre 2017

Lieu : bâtiment Olympe de Gouges, salle M-19, Place Paul Ricoeur, Université Paris-Diderot

 

PROGRAMME

9h – Mot d’accueil (Lara Gautier et Jérôme Fresneau) et ouverture de la journée (Didier Nativel)

 

 

9h20 – 1ère session: Quel positionnement théorique pour le jeune chercheur ?

 

Division et indivision des disciplines en sciences humaines et sociales – Deborah Guerre (Centre de recherche en histoire des idées, Université de Nice- Sophia Antipolis)

 

L’étude de la dépression dans une perspective de classe : fixer le curseur de l’interdisciplinarité dans la définition sociologique d’un « objet d’importation »Marlène Bouvet (Ecole Normale Supérieure de Lyon)

 

Difficultés et tentatives pour tenir ensemble socioéconomie et gestion – Antoine Rieu (doctorant CIFRE auprès de l’Association pour la Réinsertion Economique et Sociale (Ares) CESSMA (Paris Diderot) et CODEV (ESSEC Business School)

 

10h35 : Pause café (15 min)

 

 

10h50 – 2ème axe : Quelles approches méthodologiques emprunter tout en garantissant une cohérence globale ?

 

De la similarité thématique à l’ambiguïté épistémologique. Le récit en histoire et littérature orale Solenne Derigond (Université Rennes 2, ERIMIT – Université de São Paulo, Programa de História social)

 

Comment réfléchir ensemble? Retour sur des ateliers de travail interdisciplinaires et internationaux pour les 8e Journées des Jeunes Américanistes à Lima, “Espaces et lieux des conflits”Lucie Miramont (LISST-Centre d’Anthropologie Sociale)

 

Entre encouragements et déconvenues : récit d’un chemin vers l’interdisciplinarité Caroline Nizard (Université de Lausanne)

 

 

12h00 – 3ème axe : Quelle pratique de l’interdisciplinarité dans la recherche en sciences sociales au Sud ?

 

Les processus de politisation au Cameroun (1944 – 1962) : l’interdisciplinarité au service d’un projet complexe Christophe Ralite (LARHRA)

 

Après la peur, la ville – enjeux urbains face à la violence et l’insécurité à la ville de Monterrey, MexiqueEdna Peza (CESSMA)

 

Interroger la notion d’indépendance aux Comores. A propos d’une recherche sur le régime révolutionnaire d’Ali Soilihi (1975-1978)Houssamoudine Ankili (CESSMA)

 

 

13h15 – 14h15 : Buffet ouvert à tous

 

 

14h15 – 4ème axe : Enjeux pour le positionnement du jeune chercheur

 

L’interdisciplinarité comme injonction – Pauline Claudot (Ecole Normale Supérieure de Lyon)

 

Quel avenir professionnel pour un jeune chercheur en éthique médicale en France ? Entre illusion et réalité Martyna Tomczyk (Centre de recherche en droit privé et droit de la santé, Université Paris VIII)

 

Epistémologie située de la recherche en état de criseIsabelle Klein (Université Paris VIII)

 

 

15h30 : Table ronde

 

Table ronde animée par Jérôme Fresneau, avec la participation Véronique Dupont (Institut de Recherche pour le Développement et CESSMA), Aurélia Michel (Université Paris-Diderot et CESSMA), Laure Hadj (Université d’Amiens et associée au CEPED) et Didier Nativel (Université Paris-Diderot et CESSMA)

 

 

16h30 : Discussions avec la salle

 

 

17h30 : Conclusion et annonces      

 

Café CESSMA #6 : discussion de fin d’année

Ce Café CESSMA, qui a eu lieu le 14 Juin 2017, avait pour objet de faire un bilan des activités des doctorants passées (1) et à venir (2), et de trouver des solutions aux problèmes rencontrés par les doctorants (3).

  1. Evènements de l’année 2016-2017
    • 10 Novembre 2016 : JE “Appréhender la figure de l’acteur dans la globalisation : rapports conflictuels dans les pays émergents”. L’évènement, coordonné par Téphanie Sieng, Rémi Desmoulière et Yves-Marie Rault, a réuni 9 doctorants donc 5 doctorants du CESSMA qui ont présenté leur travaux autour des thèmes suivants : (1) D’une globalisation à l’autre : inclusions et exclusions ; (2) Les réseaux et territoires de la globalisation; (3) Résistances et conflits; (4) Les échelles et modes de gouvernance à l’épreuve de la globalisation
    • 02 Mars 2017 : JE “Le transport artisanal dans le monde : Entre informalité et institutionnalisation”. L’évènement, coordonné notamment par Rémi Desmoulière (CESSMA, INALCO) avec la participation de la CODATU, comptait trois axes thématiques autour du transport artisanal : (1) le transport artisanal au-delà des ‘Suds’ ; (2) enjeux des nouvelles technologies ; et (3) transport artisanal et informalité.
    • 29 Mai 2017 : JE ““Competition and solidarity networks in contemporary South Asia’s Labour Market”. Cette journée, organisée par Yves-Marie Rault et Floriane Bolazzi en collaboration avec l’Association des Jeunes Etudes Indiennes (AJEI), a vu la présentation de recherches de plusieurs chercheurs, doctorants et docteurs, sur l’Asie du Sud, suivi de discussions animées. Les participants ont pu également entendre des exposés très stimulants de Jens Lerche (SOAS London) et Isabelle Guérin (CESSMA – IRD).
  2. Evènements à venir
    • 26 Octobre 2017 : 2ème Journée d’études des doctorants du CESSMA : “L’interdisciplinarité : défis méthodologiques et enjeux de positionnement pour le jeune chercheur”, organisé par Jérôme Fresneau (Université Paris Diderot/CESSMA), Lara Gautier (Université Paris Diderot/CESSMA), avec la collaboration spéciale de Ghenima Bitam (EHESS/Centre de recherche sur le Japon) (l’appel à communication est lancé)
    • début 2018 ? 3e journée d’étude du CODOFE, avec une thématique qui reste à définir et une équipe à former
    • Propositions de thématiques pour des “Café CESSMA” à venir :
      • Les critères de sélection des comités du CNU, CNRS, IRD
      • Les critères de sélection des comités de lecture de revues en sciences sociales
      • La mutualisation des compétences (une socialisation par la réciprocité)
  3. Problèmes de doctorants
    • Un questionnaire a été envoyé au début de l’année sur les pratiques des doctorants. Sur 94 doctorants, 33 ont complété le questionnaire, en France (75%), et à l’étranger (25%). Ces derniers vivent principalement à Paris (16) et en région parisienne (9). 4 habitent de grandes villes de province et 2 à l’étranger. Parmi eux, 44% fréquente la salle des doctorants de manière régulière, c’est-à-dire au moins une fois par semaine. Les 56% restants la fréquentent moins d’une fois par mois. 63% des répondants disent en avoir une utilisation à des fins de travail individuel, contre 32% en faisant un lieu d’échange et de travail en groupe. Moins de 5% y vient exclusivement pour utiliser le matériel informatique. Les résultats mettent en avant un problème d’intégration aux axes thématiques du laboratoire, avec 25% des doctorants ne sachant pas à quel axe ils sont rattachés, et moins de 9 personnes ayant déjà participé à une réunion d’axe thématique. Les activités principales auxquelles participent les doctorants sont les séminaires et JE organisés par les membres du CESSMA, les ateliers CESSMA, les AG CESSMA, et enfin les café CESSMA.
    • Certains doctorants ont exprimé leurs besoins d’étendre la durée de leur badge d’entrée dans le bâtiment OdG jusqu’à 22h en semaine et le samedi. Une demande de tableau velleda a également été faite, ainsi que de davantage de casiers et de logiciels (Word, Antidote, Prolexis, QGIS, Illustrator) sur les ordinateurs de la salle des doctorants.
    • A noter que les doctorants du CESSMA ont accès aux ressources, notamment en matière de géomatique, mais aussi d’analyse textuelle et de statistique, du pole image de Paris 7 (4e étage) http://pole-image.ghes.univ-paris-diderot.fr/travailler-au-pole/logiciels/

 

2ème Journée d’études des doctorants du CESSMA – Appel à com : L’interdisciplinarité : défis méthodologiques et enjeux de positionnement pour le jeune chercheur

Appel à Com – L’interdisciplinarité : défis méthodologiques et enjeux de positionnement pour le jeune chercheur 

JE prévue le 26 Octobre 2017

Contexte

L’interdisciplinarité, promue par les grands organismes de recherche partout dans le monde, est comprise comme l’emploi de concepts et de méthodes provenant de disciplines différentes, dans une perspective de complémentarité ou d’intégration. Aujourd’hui, l’interdisciplinarité suscite un fort engouement car elle apparaît comme un facteur d’enrichissement des analyses. Le HCERES y consacre d’ailleurs un chapitre spécifique dans son référentiel (HCERES, 2014). Cette approche revêt un fort potentiel heuristique et mène à l’émergence de nouveaux champs de connaissances hybrides (ex : neurosciences sociales). Ainsi, pour un nombre croissant de  chercheurs, il est courant d’emprunter à des théories et des pratiques d’investigation provenant de plusieurs disciplines, sans que cela ne soulève toujours de  problèmes de légitimité. Néanmoins, les chercheurs les plus avancés dans l’interdisciplinarité provoquent en réalité des réactions contradictoires. Parfois salués pour leur audace pionnière, ils peuvent dans le même temps susciter les critiques des tenants d’une plus grande orthodoxie disciplinaire. Par exemple, on déplore souvent le manque d’ouverture et d’intérêt à l’interdisciplinarité dans les politiques éditoriales.

Qu’en est-il des doctorants et postdoctorants, tout aussi sensibles aux charmes de l’interdisciplinarité mais sommés de s’inscrire dans une seule discipline, notamment par le CNU ou le CNRS ? C’est que la journée d’études du CESSMA entend discuter autour de trois entrées : théoriques (1er axe), méthodologiques (2ème axe), et professionnelles (3ème axe).

1er axe : Les voies théoriques de l’interdisciplinarité

La complexité croissante des objets de recherche peut conduire les jeunes chercheurs à combiner des approches théoriques provenant de divers horizons ; ce qui n’est pas sans poser problème. Comment définir alors la place à accorder à sa discipline « fondatrice » par rapport à d’autres ? Est-on dans l’interdisciplinarité, la multidisciplinarité, ou la transdisciplinarité (Thompson Klein, 2011) ? Comment construire la cohérence de son cadre d’analyse à partir d’un pluralisme épistémologique parfois déstabilisant ? Ne prend-on pas le risque de glisser vers une recherche « a-disciplinaire » ?

2ème axe : Quelles approches méthodologiques construire pour garantir une cohérence globale ?

Du fait d’un cadre méthodologique à géométrie variable, le jeune chercheur gagné à l’interdisciplinarité procède de façon intuitive et expérimentale. Si l’emprunt à des « méthodes mixtes » peut s’avérer utile et même nécessaire, quels problèmes cela pose-t-il sur le terrain comme après les enquêtes ? Il s’agira en outre de discuter du rôle d’accompagnement de l’équipe encadrante pour orienter au mieux les choix méthodologiques des jeunes chercheurs.

3ème axe : À la croisée des chemins : le jeune chercheur coincé entre désir d’interdisciplinarité et reproche d’indiscipline ?

Il s’agira ici de discuter des difficultés pour le jeune chercheur en sciences sociales d’obtenir la « légitimation de sa démarche – à ses propres yeux ainsi qu’à ceux de la communauté scientifique – et en termes de positionnement personnel dans les institutions » (Bühlera et al., 2006). Est-il risqué d’afficher une identité interdisciplinaire pour s’insérer professionnellement ?

Bibliographie indicative :

Bühlera, È. A., Cavaillé, F., & Gambino, M. (2006). Le jeune chercheur et l’interdisciplinarité en sciences sociales. Natures Sciences Sociétés14(4), 392-398.

Haut Conseil de l’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (HCERES). (2014). Le référentiel du HCERES. [En ligne], consulté le 19 juin 2017. URL : http://urfist.enc-sorbonne.fr/sites/default/files/file/docsmdb/ReferentielHCERESseptembre2015.pdf

Pasquier, R. & Schreiber, D. (2007), De l’interdiscipline à l’indiscipline. Et retour ?, Labyrinthe 27(2), [En ligne], consulté le 08 juin 2017. URL : http://labyrinthe.revues.org.rproxy.sc.univ-paris-diderot.fr/1983.

Thompson Klein, J. (2011). Une taxinomie de l’interdisciplinarité. Nouvelles perspectives en sciences sociales : revue internationale de systémique complexe et d’études relationnelles7(1), 15-48.

Modalités de soumission :

Nous invitons les doctorants et jeunes chercheurs qui souhaitent contribuer à cette réflexion collective, de souligner dans leur proposition les raisons, les modalités voire les degrés de leur engagement interdisciplinaire, en partant de manière concrète de leurs objets d’étude, de leur corpus théorique, de leurs terrains, de leur travail d’archives. Pourquoi ont-ils besoin de convoquer plusieurs champs disciplinaires ? Quel bilan provisoire en tirent-ils ?

Les propositions doivent être adressées par courrier électronique au plus tard le 25 septembre 2017 sous la forme d’un résumé de 300 mots maximum (comprenant le titre, les noms du ou des auteurs, l’institution de rattachement et l’adresse e-mail) à l’adresse : doctorants.cessma@gmail.com. Le comité d’organisation informera les auteurs de l’acceptation ou non de leur proposition de communication autour du 10 octobre 2017.

Organisation :

Jérôme Fresneau (Université Paris Diderot/CESSMA), Lara Gautier (Université Paris Diderot/CESSMA), avec la collaboration spéciale de Ghenima Bitam (EHESS/Centre de recherche sur le Japon)

 

Café CESSMA #5 : avec Gilles Guiheux, “surmonter le stress d’un article scientifique”

Cette discussion a eu lieu le 27 Mars 2017 avec une présentation préliminaire de Gilles Guiheux, directeur du CESSMA, professeur à l’Université Paris Diderot, spécialiste de la Chine, dont les travaux se situent au carrefour de l’histoire et de la sociologie, autour du thème : “Surmonter le stress d’un article scientifique.” (en attendant la transcription, enregistrement disponible sur demande à doctorants.cessma@gmail.com)