Archives de catégorie : Soutenance de thèse

(7 octobre 2020) Soutenance de thèse – Safiatou Diallo

Résumé de la thèse :

En Guinée, le secteur de la santé a connu d’importantes mutations. Cette évolution est dictée par l’histoire politique contemporaine du pays ainsi que la vision des différents régimes qui se sont succédé dans le pays. Toutefois, il est admis que d’importantes avancées ont été enregistrées face aux endémo-épidémies du passé. Une des conséquences majeures de ces importantes avancées est le relèvement de l’espérance de vie qui, dans le cadre guinéen, passe de 40 ans environ en 1950 à 54 ans en 2000. La mise en place de spécialités médicales comme la chirurgie, la gynécologie-obstétrique, la cardiologie, pour ne citer que ces exemples, renforce sensiblement les progrès enregistrés dans le domaine sanitaire. Cependant, au-delà de ces progrès et de leurs effets bénéfiques, l’accès aux soins de santé de qualité pour tous, reste un véritable problème. L’absence de structures répondant aux normes, parfois les plus primaires, le déficit de personnel qualifié dans plusieurs services, la privatisation non contrôlée, la modicité des investissements ainsi que les déficiences organisationnelles dans le secteur de la santé expliquent, entre autres, les difficultés auxquelles se trouve confronté aujourd’hui le système sanitaire guinéen. Ce qui explique, en bonne partie, les réponses inappropriées de l’Etat Guinée face à l’épidémie de fièvre hémorragique Ebola et le recours à l’aide internationale, notamment celle de l’Occident. Une plongée dans l’histoire atteste, si besoin en était que, de tous les services sociaux de base en Guinée, celui des soins de santé figure parmi les priorités des autorités politiques aussi bien sous la colonisation que durant la période postcoloniale. Ainsi, le premier établissement sanitaire implanté en Guinée fut l’hôpital colonial de Conakry créé en 1902, et qui porta plus tard le nom de l’administrateur et médecin-militaire, Noel Ballay. Après l’accession de la Guinée à la l’indépendance, dans le cadre d’un vaste élan de nationalisation, la structure fut débaptisée pour prendre le nom d’Hôpital Ignace Deen. Les politiques de santé connurent, sous la colonisation ou après l’indépendance, des évolutions, des trajectoires et des fortunes diverses, aussi bien aux niveaux des orientations, des offres de soins, des mécanismes d’approvisionnement en médicaments. Ce qui, du reste, va retentir sur la perception du médecin, de la médecine moderne, des prestations, pratiques et offres de soins ainsi que la nature des relations soignants/soignés. Mots-clés : infrastructures sanitaires, colonisation, hôpitaux, médecins, infirmiers, médecine coloniale, médecine révolutionnaire, formation médical, patients, soignants.

(14 septembre 2020) Soutenance de thèse – Sarra Zaïed

Notre collègue Sarra Zaïed soutiendra sa thèse en histoire, intitulée Le langage du nationalisme : partis politiques, discours et mobilisations en Tunisie coloniale (1906-1956) (dir. Olivier Bouquet) le 14 septembre prochain à l’Université de Paris (salle M019, bâtiment Olympe de Gouges). Nous lui adressons tous nos encouragements !

Résumé de la thèse :

En septembre 2019 ont eu lieu les élections présidentielles en Tunisie dans un contexte de grande crise économique et politique depuis la révolution qui a déchu Zine el Abidine Ben Ali en 2011. Parmi les nouveaux partis émergents, dont les intentions de vote retiennent l’attention de tous, une certaine Abir Moussi, avocate et ancienne membre du RCD (parti de Ben Ali) et son parti, nommé « al hizb al doustouri al hor »- le parti constitutionnel libéral. On peut s’interroger sur le choix du nom du parti : pourquoi faire référence à la constitution alors que la Tunisie a voté une nouvelle constitution en janvier 2014. Le nom adopté par Abir Moussi est une référence au parti de Bourguiba, créé en 1934, sous protectorat français, qui est le fait d’une scission au sein de ce même parti créé en 1920 par des figures de proue de la lutte nationaliste en Tunisie. En 1920 est créé le parti libéral constitutionnel, en arabe, al hizb al hor al doustouri. Le nom vient de la principale revendication émise par les militants du destour : remettre en place la constitution (dustur) de 1861 qui avait été abrogée en 1864. La reprise d’un nom qui évoque à l’imaginaire des Tunisiens la lutte nationaliste contre la colonisation et pour l’indépendance du pays est essentielle, en l’occurrence pour Abir Moussi qui tente de se placer dans un héritage bourguibiste – plutôt que ben aliste- en mettant au cœur de sa campagne sa lutte acharnée contre le parti islamiste Ennahda.

Cette incursion par le présent nous permet d’introduire la thèse et son hypothèse principale : En quoi les mobilisations des partis politiques sous protectorat sont-elles tributaires de la nécessaire question de légitimation ? A travers l’étude des discours émis par les militants tunisiens sous protectorat, il est apparu que l’émission de revendications (pour plus de justice sociale, entre autres) était corrélée, dans le corps du discours, par une nécessité de légitimer sa position de porte-parole des Tunisiens. Cette légitimation est triple puisqu’il s’agit pour ces militants de se légitimer face à l’administration coloniale, aux colons (à proprement parler) mais également face aux Tunisiens eux-mêmes. Ainsi, il apparaît progressivement que la forme des discours et les types de mobilisation sont modelés par cette problématique fondamentale. On retient souvent l’année 1934 comme l’avènement d’une ère nouvelle dans l’histoire du nationalisme tunisien, avec la scission du Destour et l’émergence d’une génération jeune et pragmatique, dont on compte Habib Bourguiba. L’année 1934 n’est en fait que la cristallisation, le pinacle de ces querelles de légitimité qui commencent dès le début du siècle.

Les sources formant mon corpus sont des discours au sens large : on trouve ainsi des discours émis en place publique ou lors de congrès, les articles de presse, les tracts, les pamphlets. Pour étudier au mieux cette question, l’étude se focalise sur le discours et la langue usitée par le locuteur, mais aussi le contexte socio-politique dans lequel on émet le discours : c’est ce que nomment les sociolinguistes la praxématique.

Ainsi, les enjeux sont éminents : l’étude des stratégies discursives, selon une méthode empruntée à la sociolinguistique, nous a permis de nous rendre compte de cette question.

La question de la légitimité est fondamentale puisqu’elle va définir qui sont les porte-parole des Tunisiens et par conséquent, qui l’on considère comme autorité. Cette question de l’autorité va avoir des conséquences sur l’histoire post-coloniale ( on peut prendre comme exemple frappant la querelle entre Bourguiba et Ben Youssef qui se solde par l’assassinat de ce dernier en 1961) de la Tunisie et dire qui prendra le pouvoir une fois l’indépendance acquise.

(20 février 2020) Soutenance de thèse – Arsène Camara

Notre collègue Arsène Camara soutiendra sa thèse en histoire, intitulée “Changement social chez les Peuls du Fuuta-Jaloo, de 1920 à nos jours : du pastoralisme au commerce“, le 20 février prochain à Conakry (République de Guinée).  Le résumé de sa thèse est disponible via ce lien : Résumé de thèse Arsène Camara – 2020

Nous lui souhaitons, malgré l’éloignement, tous nos encouragements et incitons celles et ceux qui le peuvent a y assister !