Cfp: AJEI – CESSMA International Workshop : “Competition and solidarity networks in contemporary South Asia’s Labour Market”

CALL FOR PAPER
International Workshop AJEI – CESSMA : « Competition and solidarity networks in contemporary South Asia’s Labour Market »

May 29th 2017 – Paris – Université Paris Diderot

Download the detailed call for papers

Hegemonic neo-liberal discourse assumes that free competition on all levels sparks a virtuous cycle of economic growth, which eventually trickles down to poor populations. In reality, empirical work in South Asia has shown that hiring decision-making remains strongly influenced by social representations and personal ties, and is shaped by membership of specific groups. In this context, we propose to look at how social networks shape relations in the diverse South Asian labour markets. 

  • How do new forms of social groupings reconfigure competition and solidarity relations? 
  • What forms of social interactions prevail, emerge and weaken in the market: chosen solidarity and inherited solidarity; inter-caste and intra-caste solidarity; class solidarity; corporate solidarity etc.?
  • How do market structures, which are supposedly more flexible and competitive in the current political frame, evolve and organise in line with social transformations – social heterogeneity, rural and urban social links, caste reconfiguration, and the emergence of the middle class, etc.? 
  • Conversely, how are social structures responding and recomposing in the current context of institutional de-regulation, un-regulation and informalisation?

We invite papers from PhD candidates and post-doctoral fellows. They will be discussed by senior researchers specialized in issues related to the paper presented. Proposed papers may be theoretical or empirical, qualitative or quantitative in their approach, but must rely on in-depth knowledge of the issues discussed. Research papers relying on qualitative as well as quantitative studies on historical or contemporary relations in the Indian labour market are welcome.

Timetable :

  • 9 April : abstract submission
  • 17 April : notification of acceptance
  • 10 May : full papers submission
  • All submissions should be sent to ateliers.ajei@gmail.com

Institutions :

  • AJEI : Association of Young Indian Studies
  • CESSMA : Center for Social Studies on African, American and Asian worlds

Organisers :

  • Yves Marie Rault, Paris Diderot University 
  • Floriane Bolazzi, Paris Diderot University
  • Arnaud Kaba, EHESS (School for Advanced Studies in Social Sciences)

Scientific committee : 

  • Isabelle Guérin, IRD (French National Research Institute for Sustainable Development)
  • Véronique Dupont, IRD

Café CESSMA #4 : Pense ta thèse

Après le Café CESSMA #3 du 16 septembre destiné à l’accueil des nouveaux doctorants, le Café #4 a réuni une quinzaine d’entre nous autour de la thématique du projet de thèse. Des masterants de Paris-Diderot et de Paris 1 se sont également joints aux discussions.

Le Café s’est articulé autour des témoignages de deux nouveaux doctorants de première année, Marie Pigeolet (Paris 1, PRODIG) et Jérôme Fresneau (Paris Diderot, CESSMA). Tous deux ont présenté l’an dernier un projet de thèse inscrit dans la continuité thématique de leur master 2. Continuité thématique ne signifie pas pour autant reprise et redéveloppement du sujet de master. Marie, à l’issue de son travail de master sur la résilience d’une commune littorale française face aux risques naturels, a eu envie d’explorer la dimension proprement humaine de la résilience, ce qui l’a conduite à s’intéresser au rôle des savoirs informels pour la préparation et la gestion des crises dans les villes d’Amérique Latine. Jérôme, qui analyse des conflits miniers dans la même région, est quant à lui passé du Pérou, déjà largement étudié, à l’Amérique Centrale, où les travaux sont au contraire très peu nombreux sur ce sujet. Le passage du master 2 au projet de thèse implique donc, qu’il y ait ou non continuité dans le thème, une nouvelle construction théorique de l’objet, une réflexion sur le choix du terrain d’étude, et une interrogation personnelle sur ce qui nous fait plaisir et nous stimule intellectuellement, quitte à y consacrer plusieurs années de notre vie.

La discussion qui a suivi a d’abord souligné le caractère décisif du choix du directeur. En effet, ce dernier exerce une réelle influence en matière de notions théoriques et de méthodologie, d’où la nécessité de mûrir son choix en lisant ses publications et en discutant avec lui avant de s’engager. Cette question est liée à celle du terrain de recherche, qui correspond souvent à l’aire de compétence du directeur, mais doit tout de même résulter, selon certains d’entre nous, d’un choix personnel, et ne peut en aucun cas nous être imposé. Les pratiques en la matière apparaissent différentes d’une discipline à l’autre des sciences sociales : pour les géographes, le terrain est devenu un totem à forte dimension identitaire, parfois jusqu’à l’identification du chercheur à son terrain, tandis qu’en histoire, il est longtemps resté un impensé épistémologique par rapport au travail d’archives. Enfin, les questions et les remarques en sont souvent revenues à un problème aussi basique qu’épineux : qu’est-ce qu’un « bon sujet » de thèse ? Le fonctionnement actuel du champ scientifique tend à promouvoir l’originalité : il faudrait travailler avant tout sur ce qui n’a jamais été fait pour se distinguer des autres et s’assurer la primeur de tout un nouveau domaine d’investigation. D’autres chercheurs valorisent l' »utilité sociale » de la recherche, voire même les postures politiques adoptées par les travaux. Si un chercheur, et donc un doctorant, doit toujours tendre vers une forme de neutralité garante de la crédibilité de son travail, il ne lui est pas interdit d’espérer que ce dernier puisse contribuer à améliorer certains aspects de la société dans laquelle il vit, ou qu’il étudie.

Appréhender la figure de l’acteur dans la globalisation : rapports conflictuels dans les pays émergents

Journée d’études des doctorants du CESSMA 2016

Appréhender la figure de l’acteur dans la globalisation. Etude des rapports conflictuels dans les pays émergents

Lieu : INALCO, salle 3.15 (3e étage) – 65, rue des Grands Moulins, Paris 13e (Métro 14 – RER C : Bibliothèque François-Mitterrand)

Contact : doctorants.cessma@gmail.com

Programme

9h00 : Ouverture de la journée par Véronique Dupont (IRD, CESSMA) et Manuelle Franck (INALCO, CESSMA)

9h15 : Introduction par Rémi Desmoulière et Téphanie Sieng (INALCO, CESSMA)

9h30 : Session 1 – D’une globalisation à l’autre : inclusions et exclusions

Véronique Acking (Université Paris-Diderot, CESSMA), « L’île Maurice à l’heure de la globalisation : « miracle économique » et fabrique de la marginalisation »

Houssamoudine Ankili (Université Paris-Diderot, CESSMA), « L’indépendance des Comores; particularisme politique et économique »

Elsa Paris (Université Paris-Diderot, CESSMA), « Construire une « université africaine » : l’Université de Dakar (Sénégal) après les indépendances (1960-1980) »

11h : Pause café

11h30 : Session 2 – Les réseaux et territoires de la globalisation

Xavier Aurégan (Université Paris 8, IFG), « Les nouveaux espaces africains de la globalisation : les Chinamarkets d’Abidjan et de Dakar »

Bertrand Joël Foe (Université Paris-Diderot, CESSMA), « Vendre et acheter sur le net au Cameroun : peut-on se passer des rabatteurs ? »

Isabelle Wilhelm (Université de Bruxelles, IRASEC), « Le développement d’activités transnationales de Lao de France dans leur pays d’origine : enjeux du rapprochement des populations locale et expatriée au Laos »

13h : Buffet

14h30 : Session 3 – Résistances et conflits

Jérôme Fresneau (Université Paris-Diderot, CESSMA), « Dynamiques territoriales et conflits socio-environnementaux. Le cas de la vallée de Condebamba – Pérou »

Arnaud Kaba (EHESS, LIST), « Victimes de la globalisation ? Aspirations et résistances chez les ouvriers métallurgistes bhopalis »

Julien Paret (INALCO, CREE), « La brigade Prizrak et le spectre du national-communisme dans le Donbass : vers une internationale rouge-brune contre le nouvel ordre mondial ? »

16h : Pause café

16h30 : Session 4 – Les échelles et modes de gouvernance à l’épreuve de la globalisation

Renata Callaça Gadioli dos Santos (UNB-Université Paris-Diderot, CEAM-CESSMA), « La gestion du service public de l’éducation dans la région métropolitaine de Brasilia »

Urânia Flores Da Cruz Freitas (UNB, CEAM), « La lutte sur le recensement de la population en situation de rue au Brésil »

Nahirou Sy (Université Paris-Diderot, CESSMA), « L’insertion des jeunes vers le marché du travail en Mauritanie »

18h : Synthèse et conclusion par Rémi Desmoulière et Téphanie Sieng

 

Call for papers workshop #1

1st CESSMA workshop

GLOBALIZATION AND ITS ACTORS : A STUDY ON CONFLICTS IN EMERGING COUNTRIES

  • Date : 10 November 2016 – Paris Diderot & INALCO
  • Deadline : 30 september 2016
  • Organization : Rémi Desmoulière (INALCO), Yves-Marie Rault (Paris VII), Téphanie Sieng (INALCO)

Call for papers:

Over the past thirty years, most emerging countries have entered a process of globalization,i resulting in accelerated flows and exchanges, with two major consequences. On the one hand, it has spurred economic growth and technical progress. On the other hand, it has led to economic, geopolitical and identity-based conflicts due to increased connections between distant places on a global scale. However, the creative potential of conflicts has often been forgotten in social sciences. Solutions often emerge from contradictions, as illustrated by climate change negotiations (and agreements).

Many actors stand at the core of contemporary conflicts, promoting their interests on different scales (local, global), in many different forms (individual, social group, territory, State), with various rationale (exit, voice, loyalty, neglectii). Consequently, we need to identify the new actors of globalization in order to grasp the development dynamics in emerging countries, eventually paving the way for interdisciplinary conversation.

This workshop aims at approaching actors’ conflicts in emerging countries through three major dimensions:

  1. RESISTANCES: Across emerging countries, globalization is often perceived as a threat to local cultures and institutions, triggering defensive mechanisms ranging from pacific to violent actions.iii Who are the key players of resistance? What ideologies do they defend? How do they articulate their strategies?
  2. NETWORKS: Men, ideas, goods and money circulate through networks structured around actors, often in situation of competition and/or cooperation. Where do networks stem from? To what extent can they create both convergences and fragmentations?
  3. SPATIAL PRACTICES AND REPRESENTATIONS: New cultural, social and economic logics tend to re-configure space at all scales. How does it impact daily urban practices? To what extent is increased mobility transforming social actors’ spatiality? How does globalization impact local imaginaries?iv What are the consequences on development trajectories?

Select bibliography:

  • iPhilippe Cadène, Ed., La mondialisation: l’intégration des pays en développement, (Paris: Sedes, 2007).
  • iiAlbert O. Hirschman, Exit, Voice, and Loyalty: Responses to Decline in Firms, Organizations, and States (Cambridge, Mass: Harvard Univ. Press, 2004).
  • iiiArjun Appadurai, Géographie de la colère. La violence à l’âge de la globalisation (Paris: Payot, 2009).
  • ivJonathan Xavier, Inda and Renato Rosaldo, Ed., The Anthropology of Globalization: A Reader, 2nd ed., (Malden, Mass.: Blackwell, 2008).
  • Marc Abélès, Anthropologie de la globalisation, Essais (Paris: Payot, 2008).
  • Arjun Appadurai, Après le colonialisme: les conséquences culturelles de la globalisation (Paris: Payot, 2005).

Keywords:

Actors, conflicts, exchanges, circulation, flows, scale, space, globalization, identity, integration, mobility, emerging countries, networks, resistance, social sciences, Global South, tensions, territory

Submission of proposals:

Papers should be based on empirical research in emerging countries. Data can be quantitative, qualitative or a mix of both. Proposed papers should be sent on 30 September 2016 at the latest to doctorants.cessma@gmail.com in the form of a 3,000 character document including the title, name(s) of the author(s), institutional affiliation and e-mail address. Call for papers in English are welcome. The organising committee will inform the authors about their decision by 15 October 2016.

 

Appel à communication JE #1

1ère journée d’études du CESSMA

APPREHENDER LA FIGURE DE L’ACTEUR DANS LA GLOBALISATION :       ETUDE DES RAPPORTS CONFLICTUELS DANS LES PAYS EMERGENTS

  • Date : 10 Novembre 2016 – Université Paris Diderot & INALCO
  • Date limite de soumission : 30 septembre 2016
  • Organisation : Rémi Desmoulière (INALCO), Yves-Marie Rault (Paris VII), Téphanie Sieng (INALCO)

Appel à communication :

Ces trente dernières années, l’intégration progressive de la plupart des pays émergents dans le processus de globalisationi a eu pour conséquence un accroissement des échanges, avec deux effets majeurs. D’une part, elle a encouragé la croissance économique et le progrès technique, et d’autre part, elle a entrainé des tensions identitaires, économiques, et à une plus large échelle, géopolitiques. Ces composantes, fonctionnant fréquemment en interaction, résultent du processus de mise en relation des territoires à l’échelle globale. Pourtant, le potentiel créateur des rapports conflictuels est souvent oublié dans les sciences sociales. Les positions contradictoires d’où émergent un certain nombre de convergences dans le cadre des négociations sur le climat sont une illustration de ce mécanisme.

Au cœur de ces conflits se trouvent une multitude d’acteurs à différentes échelles (mondiale, locale), sous différentes formes (l’individu, le groupe social, le territoire, l’Etat), avec des logiques d’action diverses (exit, voice, loyalty, neglectii). Pour comprendre les dynamiques contemporaines dans les pays émergents, une identification des nouvelles figures de l’acteur dans la globalisation semble donc indispensable, en particulier puisqu’il permettrait d’ouvrir un dialogue transdisciplinaire.

L’objectif de cette journée sera donc d’appréhender les conflits d’acteurs dans des pays émergents à travers trois axes d’études majeurs :

  1. RESISTANCES : La globalisation est souvent ressentie comme une imposition de normes. Elle déclencherait des réactions identitaires menant généralement à des résistances quotidiennes oscillant entre des actes pacifiques et violentsiii. Qui sont les acteurs de la résistance ? Quelle vision du monde défendent-ils ? Comment la résistance s’organise-t-elle ?
  2. RESEAUX : La circulation des flux financiers, d’idées et de biens, passe par des réseaux organisés autour d’acteurs. Ces acteurs sont en situation de concurrence et/ou de coopération. Comment se construisent les réseaux ? Dans quelle mesure peuvent-ils générer à la fois des convergences et des fragmentations ?
  3. REPRESENTATIONS ET PRATIQUES DE L’ESPACE : L’espace, à toutes les échelles, se trouve recomposé par de nouvelles logiques économiques, sociales, et culturelles. Comment cela se répercute-t-il sur les pratiques quotidiennes de l’espace, en particulier dans les villes ? En quoi l’accroissement des mobilités transforme-t-il les territorialités des acteurs sociaux ? Quels sont les nouveaux imaginaires liés à la globalisationiv? Quelles conséquences sur les trajectoires d’émergence ?

Bibliographie indicative :

  • iPhilippe Cadène, éd., La mondialisation: l’intégration des pays en développement, (Paris: Sedes, 2007).
  • iiAlbert O. Hirschman, Exit, Voice, and Loyalty: Responses to Decline in Firms, Organizations, and States (Cambridge, Mass: Harvard Univ. Press, 2004).
  • iiiArjun Appadurai, Géographie de la colère. La violence à l’âge de la globalisation (Paris: Payot, 2009).
  • ivJonathan Xavier Inda et Renato Rosaldo, éd., The Anthropology of Globalization: A Reader, 2nd ed., (Malden, Mass.: Blackwell, 2008).
  • Marc Abélès, Anthropologie de la globalisation, Essais (Paris: Payot, 2008).
  • Arjun Appadurai, Après le colonialisme: les conséquences culturelles de la globalisation (Paris: Payot, 2005).

Mots-clé :

Acteurs, conflits, échanges, circulation, flux, échelle, espace, globalisation, identité, intégration, mobilité, mondialisation, pays émergents, réseaux, résistances, sciences sociales, sud, tensions, territoire.

Modalités de soumission :

Les propositions de communication devront faire une large place aux recherches de terrain dans les pays émergents. Les données peuvent être quantitatives, qualitatives, ou mixtes.

Les propositions de communication doivent être adressées par courrier électronique au plus tard le 30 septembre 2016 à : doctorants.cessma@gmail.com sous la forme d’un résumé de 3 000 signes maximum (comprenant le titre, les noms du ou des auteurs, l’institution de rattachement et l’adresse e-mail). Les propositions de communication en anglais sont acceptées. Le comité d’organisation informera les auteurs de l’acceptation ou non de leur proposition de communication vers le 15 octobre 2016

 

Café CESSMA #2

Mardi 21 juin, l’organisation du deuxième café CESSMA a été quelque peu perturbée par la réunion de fin d’année de l’Ecole Doctorale 382, qui a duré plus longtemps que prévu, notamment à cause de longues discussions au sujet de l’arrêté du 25 mai 2016 portant réforme du « cadre national de la formation et des modalités conduisant à la délivrance du diplôme du doctorat ».

Le thème de la séance, « thèse, foutaise?« , n’aura finalement pas suscité les débats enflammés qu’il mérite, puisque la discussion autour de la réforme du doctorat s’est poursuivie entre doctorants du CESSMA. Un point, particulièrement sensible, irrite les doctorants, qui ont la sensation d’être infantilisés : celui de la mise en place d’un portfolio, prévu dans l’article 15 « portfolio du doctorant comprenant la liste individualisée de toutes les activités du doctorant durant sa formation… ». Soit cet arrêté est le fruit d’un grand mépris pour la thèse, soit nos dirigeants ne se figurent pas la somme de travail et de sacrifices qu’exige un tel exercice. Au moins, la réponse à la question du débat semble claire pour eux : thèse=foutaise.

Mais sur cette note morose, les doctorants ont décidé de se serrer les coudes, et on a pu voir que les cafés CESSMA, au-delà de leur rôle de catalyseur du débat au sein du laboratoire, participent aussi à créer une atmosphère chaleureuse, précieuse dans le cadre de nos travaux respectifs et collectifs.

 

Café CESSMA #1

Mardi 17 mai, le premier café CESSMA a réuni une quinzaine de personne, soit environ 20% des doctorants, une affluence tout à fait satisfaisante puisque nous avons pu remplir en entier la table dans la salle des doctorants. Nous espérons que les cafés qui suivront, sur une base mensuelle, auront le même succès.

La séance a commencé par la présentation d’un travail de Damien Calais sur les stratégies des souverains des Emirats Arabes Unis dans les années 1970, suivie d’une discussion au sujet des sources humaines qui sont mobilisées par les historiens pour documenter leur travaux, entre les “grands hommes” et les “subalternes”.

Chacun s’est ensuite introduit: des historiens, des géographes, des anthropologues, des économistes travaillant tous sur des terrains, des sources et des thématiques extrêmement variées, ce qui rend plus difficiles, mais non moins prometteuses, les collaborations potentielles.

La thématique de la séance, le terrain dans les pays en développement, a donné lieu à des discussions très intéressantes sur les difficultés qui peuvent intervenir dans l’accès aux sources selon le genre, l’origine géographique, et même la taille de l’enquêteur ! La richesse des expériences individuelles qui ont été mobilisées dans chaque argumentaire montre qu’il y a là un sujet particulièrement fécond dans le contexte du CESSMA, qui mériterait plus ample discussion. On croit souvent qu’être originaire du pays est un avantage alors que ce n’est généralement pas vrai, car la posture du chercheur le rend immédiatement étranger à la population locale. Passer du temps sur le terrain peut permettre de s’intégrer progressivement, mais pour sauter les étapes, il est impératif d’utiliser son réseau, car l’accès aux sources et la libération de la parole sont permis par la confiance qui est mise dans l’enquêteur. Aussi, il est important de se présenter de manière à ce que l’enquêté se sente en confiance. Cela implique parfois d’adopter des stratégies où sont privilégiées certaines institutions de rattachement, certains titres (chercheur, étudiant, curieux), selon l’interlocuteur. Comme cela a été répété, cela dépend bien entendu du contexte et des thématiques de la recherche. En revanche, une constante est dans la logique de don/contre-don à laquelle faut accepter de se plier pour obtenir des réponses : divulguer des informations personnelles, parfois intimes, flatter l’enquêté, etc. Mais les difficultés qui interviennent dans l’enquête sont parfois riches d’enseignements, et il ne faut surtout pas les taire lorsque l’on narre la méthodologie de son enquête. Ces difficultés peuvent parfois même être révélatrices de certains aspects du terrain.